Accueil > USAGES 2015-2018 > Analyse et recherche

Analyse et recherche

PNG - 5 ko

Au-delà de progresser dans nos modes d’accompagnement et de recensement des usagers, nous avons profité d’USAGES pour prendre un recul nécessaire, via la recherche et l’ouverture à d’autres expériences. Autonomie collective et modes de faire, mobilisation des usagers dans l’innovation sociale et territoriale en milieu rural, nombreuses sont les pistes défrichées, et les possibilités de prolongement à venir.

Lorsque nous avons démarré la réflexion sur le projet qui est devenu USAGES, nous voulions entre autres mieux comprendre et qualifier ce que nos accompagnements apportent aux paysans qui y prennent part, en quoi ce qu’ils retirent de ces compétences nouvelles est important pour leurs fermes et leurs systèmes agricoles : c’est (entre autres) le sens du volet recherche de ce projet, en collaboration avec Morgan Meyer (Lisis, AgroParisTech) et Frédéric Goulet (CIRAD, UMR Innovation).
Les premiers travaux exploratoires menés entre 2015 et 2016 ont amené aux contributions suivantes :

  • Chancé (2016) “Hacking agriculture : analyse de collectifs agricoles intégrant l’open source, Innovations organisationnelles et techniques pour la transition agroécologique” (Mémoire de recherche de M2, LISIS) ;
  • Meyer (2016) “L’innovation ouverte en agriculture : questions de recherche et posture du chercheur”, Échanges autour de l’innovation par les usages : travaux, pistes, ouverture, Maison Nationale des Eleveurs, Paris, 17 Mars 2016 ;
  • Meyer (2016) “L’innovation ouverte dans le secteur des agroéquipements”, séminaire invité aux Rencontres du Centre d’études et de prospective, Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Paris, 18 Février 2016 ;
  • Meyer, Chancé (2017) “L’agriculture libre : les outils agricoles à l’épreuve de l’open source”, Techniques & Culture 67 “ Low tech ? Wild tech ! “).

> Lire l’article "L’agriculture Libre - Les outils agricoles à l’épreuve de l’Open Source" de Quentin Chancé et Morgan Meyer



 

La fabrique de l’autonomie : retour sur les travaux de recherche de Céline Cardinael

Céline Cardinael, en stage de fin d’études de Sciences Po Lille est arrivée pour creuser cette question pour 6 mois en mai 2017 (co-encadrée par Morgan Meyer et Frédéric Goulet). Pour la citer : "Comment un collectif comme l’Atelier Paysan contribue-t-il à définir et à « fabriquer » de l’autonomie dans le domaine technologique du machinisme agricole ? Quels sont les moments et les lieux où se manifeste et s’explicite ce mouvement visant à rendre autonome les individus ? Comment l’Atelier Paysan parvient-il à réaliser un travail en tension entre former et rendre autonome, attacher et détacher, intéresser et émanciper ?"
Lors de la journée introductive du projet en mars 2016, Morgan Meyer avait insisté (“L’innovation ouverte en agriculture : questions de recherche et posture du chercheur”, Séminaire de lancement d’USAGES, 2016) sur la nécessité d’une posture observante du chercheur pour saisir les mécanismes à l’oeuvre ; pendant ces 6 mois, avec une patience d’ethnologue, Céline a décortiqué nos fonctionnements, travaillé sur "l’idée du groupe comme condition sine qua non de l’autonomie".

Les 15 premières pages du mémoire de recherche de Céline Cardinael sont disponibles via le lien suivant :

Céline Cardinael, La fabrique de l’autonomie : l’Atelier Paysan
et l’autoconstruction de matériel agricole
, mémoire de recherche, 2017

Et il commence notamment par une citation d’Annah Arendt dans la Condition de l’homme moderne (1958) : « Tandis que les outils d’artisanat, à toutes les phases du processus de l’oeuvre, restent les serviteurs de la main, les machines exigent que le travailleur les serve et qu’il adapte le
rythme naturel de son corps à leur mouvement mécanique. (…) Cela signifie bien que, pendant toute la durée du travail à la machine, le processus mécanique remplace le rythme du corps humain. L’outil le plus raffiné reste au service de la main qu’il ne peut ni guider ni remplacer. La machine la plus primitive guide le travail corporel et éventuellement le remplace tout à fait ».

3 conférences en vidéo

 

Aux Rencontres 2016 de l’Atelier Paysan (1 conférence) :

  • François Jarrige, Historien, "Les ravages de la modernisation agricole" :

Retrouvez toutes les infos sur cette première édition des Rencontres de l’Atelier Paysan à ce lien : https://www.latelierpaysan.org/Rencontres-Juin-2016

 

Aux Rencontres 2017 de l’Atelier Paysan (2 conférences) :

Retrouvez la description complète de ces 6 conférences sur la page dédiée : https://www.latelierpaysan.org/Videos-Toutes-les-conferences-des-Rencontres-2017

-* Pierre Bitoun, "Le Sacrifice des paysans, une catastrophe sociale et anthropologique"  :

allowfullscreen>

-* Christophe Bonneuil et Céline Pessis, "Industrialisation du vivant, déqualification et reconquêtes paysannes depuis 1900" :

Cap Rural / Atelier Paysan : (re)définir l’innovation et ouvrir le développement rural à l’innovation par les usages

Aujourd’hui, de nombreuses démarches tentent de (re)mettre l’usager au cœur des projets en leur permettant d’être partie prenante de tout ou partie de leur conception. Ainsi, de plus en plus d’entreprises essaient d’associer (au-delà d’une simple consultation) les futurs consommateurs à la conception de nouveaux produits ou services. Dans le champ du développement local et territorial, on voit émerger des méthodes participatives qui impliquent les habitants et les acteurs d’un territoire dans l’aménagement d’un quartier ou d’un espace public, la mise en place d’un service, etc. De même, des initiatives d’origine entrepreneuriale et/ou citoyenne se développent dans différents domaines et relèvent de pratiques collaboratives, où les usagers sont contributeurs, voire initiateurs et concepteurs des projets.

Au delà d’une approche recherche, recul et analyse sont donc venus d’une confrontation et d’un travail avec le monde du développement rural, au delà de l’agriculture, de la question des techniques et technologies et de leur lien à l’innovation. L’Atelier Paysan discute depuis septembre 2015 avec Cap Rural, plate-forme de ressource pour le développement rural et animateur du réseau rural rhonalpin, sur la manière de décloisonner l’approche par les usages de l’Atelier Paysan en agriculture à d’autres domaines d’activité que l’autoconstruction en milieu rural, domaine phare d’activité de l’Atelier Paysan. Mutuellement intéressés par nos approches et nos ressources, nos premiers échanges ont vite abouti à une première collaboration dans le cadre d’un cycle de formation intitulé "Innover ! dépasser l’injonction pour renouveler son approche de développement rural", renouvelée plusieurs fois depuis.

Cap Rural travaille d’ailleurs à accompagner les agents et élus du développement rural dans leur compréhension de l’innovation : http://www.caprural.org/co-construire/l-innovation
(NB : ces travaux sont menés dans le cadre de l’activité de professionnalisation du développement rural de Cap Rural, et ne sont pas financés par le biais de ce projet)

En 2017, Cap Rural et l’Atelier Paysan ont prolongé leur travail commun sur l’innovation pour proposer une session d’exploration centrée sur l’innovation par les usages intitulée "Construire des projets de développement rural avec les usagers” à destination des élus, des agents de développement, techniciens, animateurs, porteurs de projet de différents domaines. Cette session marque la volonté de sensibiliser à l’intérêt des projets centrés "usagers" pour le développement rural et de l’innovation par et pour les usagers eux-mêmes, et de réfléchir à la manière de les accompagner, que ce soit en termes d’ingénierie ou de politiques publiques locales. Communiquée via le Réseau Rural National et le dispositif d’animation des Réseaux Ruraux Nationaux, cette journée pourra servir de modèle pour d’autres sessions avec d’autres réseaux ruraux régionaux.

Consulter le programme détaillé de l’évènement

Bibliographie

Sur l’innovation par les usages :

  • Cardon, Dominique. "Innovation par l’usage." Ambrosi, A. Peugeot, V. Pimentia, D. Enjeux de mots : regards multiculturels sur les sociétés de l’information, Edition C&F, Paris (2005)
  • Akrich M., Callon M., Latour B., « A quoi tient le succès des innovations ? 1 : L’art de l’intéressement ; 2 : Le choix des porte-parole », Gérer et Comprendre. Annales des Mines, 11 & 12 (1988) 4-17 & 14-29
  • Cardon D., "Innovation par l’usage." Ambrosi, A. Peugeot, V. Pimentia, D. Enjeux de mots : regards multiculturels sur les sociétés de l’information, Edition C&F, Paris (2005)
  • Von Hippel E., Democratizing Innovation, The MIT Press, 2005
  • Vinck D., Les objets intermédiaires, 1999

Sur les réseaux socio-techniques agricoles et leur contribution à l’innovation :

  • Akrich, M. (1998) ‘Les utilisateurs, acteurs de l’innovation’, in Education permanente, “L’innovation en Question”, Vol. 1, No. 134, pp. 79-90
  • Auray, N. and B. Vétel (2013). "L’exploration comme modalité d’ouverture attentionnelle. Design et régulation d’un jeu freemium." Réseaux 6(182) : 153-186.
  • Demeulenaere E., Goulet F. (2012). « Du singulier au collectif. Agriculteurs et objets de la nature dans les réseaux d’agricultures alternatives », Terrains & Travaux, n°20, p. 121-138
  • Larsen, A. (1996) “Equipment for the Field”, in Jardine, N., Secord, J. A. and Spary, E. C. (eds.) Cultures of Natural History, Cambridge : Cambridge University Press, pp. 358-377
  • Meyer, M. (2015) ‘Amateurization and re-materialization in biology : opening up scientific equipment’ in Wienroth M. and Rodrigues, E. (eds.) Knowing New Biotechnologies. Social Aspects of Technological Convergence, London : Routledge, pp. 142-157
  • Darré J.P., L’invention des pratiques dans l’agriculture. Vulgarisation et production locale de connaissance, Karthala, 1996
  • Darré J.P., La production de connaissance pour l’action. Arguments contre le racisme de l’intelligence, INRA, 1999
  • Goulet F., Pervanchon F., Conteau C., Cerf M., « Les agriculteurs innovent par eux-mêmes pour leur systèmes de culture », In : Reau R., Doré T., Systèmes de culture innovants et durables : quelles méthodes pour les mettre au point et les évaluer ?. Dijon : Educagri éd., 2008, p. 53-69
  • Lémery B., Les agriculteurs dans la fabrique d’une nouvelle agriculture. Sociologie du travail, 2003, N°45/1 : 9-25
  • Pernin J-L., Réseaux et rendements croissants d’adoption dans l’agriculture biologique en France. In : Revue d’économie industrielle. Vol. 70. 4e trimestre 1994. pp. 49-71.

Pour décloisonner au-delà de l’agriculture :

  • Illich I., La convivialité, Seuil, 1973
  • Sclove R., Choix technologiques, choix de société, Ed. Charles Léopold Mayer, 2003
  • Stiegler, B. (2013). Réenchanter le monde : la valeur esprit contre le populisme industriel. Editions Flammarion.
  • Tapscott, D., & Williams, A. D. (2008). Wikinomics : How mass collaboration changes everything. Penguin.
  • Makers (1/2) : « Faire la société » et Maker (2/2) : « Refabriquer la société », InternetActu, 26/05/2011
  • Mackenzie, A. (2006) Cutting Code : Software and Sociality, New York : Peter Lang
  • Landrain, T., et al. (2013) ‘Do-it-yourself biology : Challenges and Promises for an Open Science and Technology Movement’, in Systems and Synthetic Biology, Vol. 7, No. 3, pp 115-126
  • Hope, J. (2008) Biobazaar. The open source revolution and biotechnology, Cambridge : Harvard University Press
  • Meyer, M. (2013) ‘La durabilité domestiquée : les pratiques « do-it-yourself »’ in Euzen, A. et al. (eds.) Le Développement Durable à Découvert, CNRS Editions, pp. 316-317