Accueil > Actualités > [DEMONSTRATION] Banc d’essai et amélioration collective pour de nouveaux outils de maraîchage

[DEMONSTRATION] Banc d’essai et amélioration collective pour de nouveaux outils de maraîchage

mercredi 26 août 2020
[DEMONSTRATION] Banc d’essai et amélioration collective pour de nouveaux outils de maraîchage

A l’occasion de son Assemblée Générale de juin dernier, l’Atelier Paysan a organisé une démonstration pour présenter des outils fraîchement sortis d’atelier ou de test au champ après une intense période de recherche et développement au printemps. Un banc d’essai donc mais aussi une opportunité d’échanger sur ces prototypes pour débusquer collectivement les angles morts et recueillir les réactions et pistes d’améliorations. Retour sur cette riche matinée.

La ferme du Trian à Tullins (38) fourmille en ce vendredi 26 juin. Dès huit heures du matin, tracteurs et machines sont progressivement amenés pour la matinée démonstration organisée le matin même chez Antony Fouqueau, maraîcher installé en bio, auto-constructeur chevronné et sociétaire de l’Atelier Paysan. Un évènement organisé par la coopérative en partenariat avec l’Adabio1 et Limaille 382 pour présenter huit outils auto-construits pour le maraîchage.

Progressivement les participant·e·s arrivent sur la ferme et circulent sur trois pôles de démonstration où des paysans et salariés de l’Atelier Paysan présentent en action des machines et outils pour la préparation des sols, cultures et la gestion de l’enherbement (Bineuse hydraulique, Vibroplanche à étoiles « Roulémiette », Semoir maraîcher multigraine), la gestion de la fertilité des sols (Epandeur à fumier/compost, Distributeur d’engrais), le maraîchage sous-couvert (strip-till) ainsi que l’ergonomie, la polyvalence et l’assistance électrique (Lit de déherbage et Chtit’bine). Au total, ce sont près de 80 personnes, dont plus de la moitié de paysan·ne·s et futur·e·s installé·e·s, qui participeront pour découvrir et continuer à améliorer collectivement ces technologies paysannes.

JPEG - 172.3 ko

De nouveaux outils pour la préparation des sols, des cultures et la gestion de l’enherbement

Premier outil présenté : une bineuse à guidage hydraulique dont l’originalité se situe dans le guidage des parallélogrammes sur lesquels sont montés les éléments de binage (écrouteurs, socs et doigts bineurs). Contrairement à une bineuse « classique », ces parallélogrammes sont contrôlés hydrauliquement. Très rapprochés les uns des autres, ils sont indépendants du châssis roulant ce qui permet une grande précision et une meilleure réactivité. Le confort de travail est également grandement amélioré. Par ailleurs, le chassis est posé sur des roues de jauge et il supporte des éléments (étoiles) qui interviennent en bord de planche et ramènent de la terre pour la reformer.

Cet outil semble particulièrement adapté sur des sols battants ayant tendance à croûter en surface comme en témoigne Laurent Naselli, maraîcher au Fontanil-Cornillon, utilisateur du prototype et qui avait auparavant besoin de trois passages de bineuse « classique » pour arriver à passer les doigt-kress dans de bonnes conditions. Des questionnements techniques sont à poursuivre sur le dimensionnement de ressort pour mesurer au mieux la tension nécessaire de travail.

JPEG - 159.1 ko

Autre nouveauté 

Le vibroplanche à étoiles avec des éléments nommés « Roulémiette » actuellement en test dans la ferme de Laurent Colas à Moirans (38) ainsi que chez quelques autres maraîchers en Isère. Troisième outil de la gamme de travail en planches permanentes après la buteuse et le cultibutte, il permet une configuration finale de la planche, tant au niveau de la forme, qu’au niveau de la structure. Cette version révisée à étoiles est « plus roulante » que le vibroplanche à dents classique avec un remplacement de tous les éléments par deux lignes d’étoiles roulantes (Roulémiettes), un rouleau cranté et un rouleau cage.

Cette nouvelle configuration permet d’éviter les problèmes de bourrage fréquents sur cet outil, surtout en terre lourde ou avec quelques résidus de cultures. Il peut, par ailleurs, être passé à grande vitesse (7-8 km/h) et d’autres éléments peuvent être ajoutés (tel un traceur sur le prototype mis en démonstration). Les tests en cours dans les fermes permettront de voir si l’humidité du sol entraînera ou non un colmatage sur le rouleau, auquel cas des solutions de lissage seront à trouver. Un réglage hydraulique du 1er rouleau pour gérer la profondeur de travail a également été suggérée par un maraîcher présent.

JPEG - 204.7 ko

Dernier outil pour la préparation des cultures et pas des moindres

Le semoir maraîcher multigraine dédié au semis de graines potagères. Pensé par un paysan pour des paysan·ne·s, il est polyvalent avec son rouleau de semis composé de 25 cellules semeuses permettant de semer l’ensemble de la gamme maraîchère. L’outil est aussi précis et robuste avec un variateur proportionnel à l’avancement mécanique. Pas d’électronique donc sur ce semoir simple à régler et facilement transférable du strip-till à d’autres outils (2 boulons à dévisser seulement).

Joseph templier, paysan fondateur de l’Atelier Paysan à l’origine de ce prototype est revenu sur les pistes d’amélioration et de travail sur cet outil : « Des tests de différentes roues de rappui vont être effectués selon le type de sol ou la qualité de préparation de la surface. Des évolutions sont également à réfléchir sur le choix des canules pour qu’elles puissent suivre les aléas du sol. Une piste pourrait par exemple être des canules en tubes emboîtés comme l’on trouve sur des semoirs Nodet. Il faudra enfin voir comment réduire les 10 % de perte de graines (qui se coincent) aujourd’hui constatée ». Des améliorations et tests qui devraient être réalisés à l’automne pour un outil proposé en formation début 2021.

JPEG - 165.3 ko

L’autoconstruction pour une meilleure gestion de la fertilité des sols

La gestion de la fertilité des sols avait également la part belle en cette matinée avec la démonstration de deux nouveaux outils auto-construits : L’épandeur à fumier/compost ainsi que le distributeur d’engrais. L’Epandeur à fumier/compost est un outil à benne basculante avec système de trappe attelé au tracteur via un triangle d’attelage. Il est léger et possède un mécanisme de chargement autonome avec système hydraulique. Il permet d’épandre entre 20 et 35 T/ha de fumier composté et possède un débit relativement rapide (environ 70 planches en 2 heures). Il est également possible d’épandre d’autres types de matière organique. Autant pour ses caractéristiques techniques que son prix (1500 € en coût matière), l’épandeur à compost/fumier semble donc particulièrement adapté pour les petites fermes.

JPEG - 242.7 ko

Le distributeur d’engrais organique est un outil simple qui permet d’amender les cultures avec des engrais organiques sous forme de bouchons ou de poudre.

La trémie peut contenir 4 sacs de granulés, et peut être complétée d’une rehausse. Elle est facilement amovible pour pouvoir être installée sur un outil de préparation de sol.
Le principe de l’outil est le même que pour le semoir multigraine : un variateur proportionnel à l’avancement (intégralement mécanique également) permet le réglage du cylindre de distribution, donc de la quantité à épandre. Actuellement, l’outil s’utilise à 2-3 km/h, pour être précis sur le volume épandu.

Une amélioration est d’ores et déjà prévue : augmenter la taille des alvéoles du cylindre pour un meilleur remplissage du bouchon organique et donc plus de précision dans le volume épandu, même à vitesse plus importante. Parmi les suggestions recueillies lors de la matinée démonstration, on retiendra entre autres le fait de prévoir une poche de récupération de l’engrais en fin de chantier d’épandage, une zone d’émiettage en cas d’engrais colmaté ainsi qu’une nouvelle trémie utilisable sur différents outils via un système de fixation simplifié.

PNG - 783.6 ko

Une nouvelle gamme pour le maraîchage sous couverts

Le Strip till est une technique culturale simplifiée, qui consiste à préparer le sol sur une largeur réduite : la bande qui va accueillir le semis ou la plantation. Elle s’insère dans les stratégies « d’agriculture de conservation », « maraîchage sur sol couvert », « maraîchage sur sol vivant » …

L’outil dédié à cette technique est également nommé « strip till » et est équipé d’éléments de travail du sol tels un disque trancheur pour travailler dans un mulch et une dent de travail en profondeur mais sur faible largeur. La version autoconstruite conçue avec l’Atelier Paysan peut également être équipée d’une trémie de semis pour les graines potagères et d’un distributeur d’engrais organique pour combiner les passages.

JPEG - 158.2 ko

Ergonomie, polyvalence et outils à assistance électrique

La dernière zone de la démonstration était consacrée aux outils favorisant l’ergonomie et la polyvalence. A commencer par un lit de travail issu de travaux de Farming Soul avec des maraîcher·e·s qui souhaitaient améliorer l’ergonomie de certaines positions de travail. Ainsi, l’outil permet de travailler allongé sur une banquette (désherbage, plantation, récolte…). Disponible en différentes largeurs, il enjambe la planche de travail.

Kévin Piermay, salarié de Farming Soul, a rappelé lors de la démonstration le caractère « simple, léger et abordable de l’outil qui peut être réalisé avec 2 vélos de récupération pour une version finale non-électrifiée d’environ 200 euros ». Des maraîcher·e·s présent·e·s à la matinée ont suggéré d’utiliser des systèmes d’accroches de planche à voile pour soutenir les jambes et pieds, l’installation d’un support sur le toit pour mettre des caisses et ainsi augmenter la contenance pour les récoltes. Une vitesse d’avancement plus rapide a également été évoquée.

JPEG - 181.5 ko

La Chtit’bine est un porte-outil électrique polyvalent. Il permet d’atteler des petits outils agricoles et de réaliser un travail du sol superficiel mais aussi de travailler en configuration « lit de désherbage ». Cet outil fonctionne avec 4 batteries de 12V60Ah alimentant un moteur de vélo-cargo ce qui permet de dégager une puissance max de 1500 W (soit environ 2CV). La Chtit’bine, par sa conception, permet de travailler avec une grande amplitude de vitesse. Elle présente 10 à 20h d’autonomie selon les travaux, et un panneau solaire peut être installé (en plus de l’autonomie électrique, le confort de l’ombrage est bienvenu en été). Antony Fouqueau, maraîcher ayant auto-construit l’outil basé à Tullins (38), regrette néanmoins un manque d’ergonomie et de confort pour l’accès du lit de désherbage.

PNG - 724.9 ko

Objectif réussi pour cette journée qui aura permis de recueillir plusieurs réactions et pistes d’améliorations. Encore quelques mois d’essais, de réglages et de modifications et certains de ces outils seront proposés en formation à l’hiver.

Pour connaître les dates et les détails des formations à venir, consultez le nouveau catalogue de formation de l’Atelier Paysan !


Farming Soul est une association pour la promotion et le dévelopement des "Bici-machines" et des "Technologies appropriées" notamment en agriculture. Farming Soul travaille en contacts étroits avec l’Atelier Paysan notamment dans le Sud de la France et est sociétaire de la coopérative. Contacts : farmingsoul@riseup.net