Accueil > Plans et Tutoriels > Strip-Till

Strip-Till

Strip-Till

Voici la dernière version du Strip-Till, un outil de préparation du sol pour les techniques culturales simplifiées (TCS). Cette version peut s’atteler comme accessoire sur une barre porte-outils comme sur un châssis fixe. Elle est issue de la synthèse des précédents prototypes de Strip-Till, développés au sein de 3 projets liés au maraîchage sous couverts.


CLIQUEZ POUR TÉLÉCHARGER LES DERNIÈRES VERSIONS DES PLANS


Contexte et historique

La dernière version du Strip-till présentée ici, est le fruit d’un travail long, qui a nécessité l’implication de nombreux acteurs (paysans, techniciens, enseignants de Lycée Agricole...).

Pour mémoire, quelque liens pour retracer l’historique de l’outil :

Pour plus d’infos sur l’historique commun aux rouleaux FACA et aux Strip-Till développés dans le cadre des travaux collectifs de l’Atelier Paysan, il est possible de se référer à la page Maraichage sous couverts.


Qu’est-ce que le Strip-Till ?

Strip-Till se traduit par un « travail du sol en bande » (« strip » = « bande » et « till » = abréviation de « tillage » = « travail du sol »).

Le Strip-Till est donc une technique culturale simplifiée, qui consiste à préparer le sol sur une largeur réduite : la bande qui va accueillir le semis ou la plantation.
C’est une technique culturale de plus en plus répandue en grande culture, mais aussi, plus récemment, en maraîchage.

Ci-dessous : quelques images du premier prototype réalisé dans le cadre du projet Buzuk en 2015.


Quel intérêt ?

C’est une technique qui s’insère dans les stratégies « d’agriculture de conservation », « maraichage sur sol couvert », « maraichage sur sol vivant »…
En effet, « Strip-tiller » permet non seulement de réduire la largeur de sol travaillée, mais aussi, à l’aide d’un outil approprié, de travailler sur sols couverts : résidus de récolte, ou engrais verts (préalablement couchées et pincées – Cf « Rouleaux écraseurs »).

De plus, il est possible de prévoir un dispositif de fertilisation localisée, ce qui permet encore de limiter le nombre de passages.

Le Strip till participe donc à la mise en place d’itinéraires techniques tout à fait innovants en termes de fertilité du sol, maîtrise de l’enherbement, conservation de l’humidité, réduction de consommation de carburant…

À noter : la mise en place d’un itinéraire technique de maraichage sous couvert implique un changement de fonctionnement de son sol : si l’on peut supposer un effet fertilisant de l’engrais vert en décomposition, on peut aussi remarquer l’absence de retournement du sol, donc l’oxygénation du sol va dépendre de la faune et flore du sol non perturbé. Il en va de même pour la microporosité (qui permet la circulation de l’eau, de l’air) et la distribution des nutriments dans le volume de sol. Les premiers résultats d’expérimentation issus du programme SEFERSOL mais aussi du réseau « maraichage sur sol vivant » laisse penser que cette nouvelle approche du sol est pertinente. Mais elle demande du temps : le cycle de l’azote peut être ralenti au début ; il s’agit donc de bien calibrer son itinéraire technique, se lancer progressivement, pour ne pas risquer des difficultés au niveau de la production.


Présentation générale d’un élément de Strip-Till


Principe de fonctionnement

Les éléments de Strip-till sont des outils de travail du sol qui peuvent permettre, moyennant un équipement adéquat, d’implanter des cultures maraichères dans un couvert végétal dense, mécaniquement, sans le détruire, tout en créant les conditions optimales de mise en culture.

Les éléments de strip-till sont prévus pour être montés sur une barre porte-outil classique.
Ils ont été conçus pour répondre à de nombreuses exigences techniques dont les suivantes :

  • Encombrement minimal
  • Capacité à travailler dans un couvert dense sans générer de bourrage
  • Précision du travail du sol
  • Précision dans les apports de semences ou d’engrais organiques

Démonstration du Strip-Till en vidéo :


Caractéristiques techniques


L’accroche à la barre porte-outils

Les éléments sont prévus pour être attelés à la barre porte-outil (BPO) « classique » : via une bride et des broches.

De plus, un parallélogramme équipé d’un ressort puissant permet de suivre au mieux le profil de sol. Cela limite également les risques de casse lorsque le disque rencontre un caillou.

En termes de dimensionnement, compte-tenu de l’encombrement en largeur de l’outil (245 mm), il est possible de disposer au maximum 4 éléments sur une BPO pour une planche standard (entraxe du tracteur = milieu de roue à milieu de roue = 160 cm).

Les éléments sont prévus pour être attelés à la barre porte-outil (BPO) « classique » : via une bride et des broches.


Le disque trancheur

Comme son nom l’indique, il a pour mission de « trancher » le couvert végétal et préformer la zone de travail de la dent.

Remarque : le « tranchage » sera d’autant plus efficient que le couvert aura été bien couché dans le sens du travail. Le disque doit pénétrer de 4 ou 5 cm dans le sol afin de bien couper toute la végétation.

D’un point de vue « conception », le support du disque est réalisé en deux parties :

  • L’une, verticale : avec des trous pour réglage de la hauteur
  • L’une, vers l’avant, avec un angle de 35° : le positionnement du disque vers l’avant permet un transfert de poids de l’outil vers le disque : cela améliore sa capacité à trancher.

Enfin, pour une bonne rotation du disque, l’axe de celui-ci est équipé de deux roulements à bille étanches, insérés dans les coupelles soudées au disque.


La dent de travail du sol

Réglable en hauteur, elle doit permettre un ameublissement suffisant pour une bonne implantation de la culture, en prenant garde, toutefois, à limiter le travail du sol.

JPEG - 91.7 ko
  • Le profil est donc pénétrant, avec des fers plats et des mises de socs chanfreinés.
  • La largeur de la dent est faible pour un impact minimal en largeur.
  • Le soc est plat et relativement étroit pour une action de fissuration et de décompactage localisé.
  • Un tube rectangulaire est disposé à l’arrière de la dent pour pouvoir accueillir une cannelure de semoir : cela permet un positionnement localisé de l’engrais organique.

Les roues de jauge crantées

Elles permettent d’avoir un réglage constant de la profondeur de travail. Elles ont également une action de « plaquage au sol » du couvert végétal, ce qui laisse libre la bande travaillée et facilite le semis derrière.


À noter :


  • Les roues sont crantées pour une meilleure adhérence
  • Des petits racloirs permettent de dégager la terre des roues


  • Enfin, le réglage de la hauteur est à vis. Pour réduire l’encombrement, la poignée peut être supprimée. Il suffit alors de garder à portée de main la clé avec la douille adéquate.


L’élément arrière

Cet élément est destiné à positionner les graines sur la bande de terre travaillée. Il est monté sur un parallélogramme pour un suivi précis du sol.

  • Une goulotte permet de positionner la cannelure du semoir qui va amener les graines au sol.
  • La profondeur de semis est réglable grâce à une vis pression.
  • Les roues crénelées permettent de refermer le sillon.
  • La tension du parallélogramme est réglable par vis.

Exemples d’utilisation

Semis de carotte :

Voici la configuration utilisée au Lycée Agricole des Sillons d’Alsace, siège du projet SEFERSOL (cf intro).

Ici, le support est un chassis dédié (et non pas une BPO).
Des semoirs Sembdner ont été récupérés pour semer les carottes.


Plantation :

Il est possible d’envisager de planter, plutôt que de semer. Il s’agit alors d’adapter la machine avec son équipement.


Pistes d’amélioration

Semoirs

En cours de développement : un semoir maraicher polyvalent et précis.

> Retrouvez toutes les informations sur ce semoir en développement par ici !


Partenaires

Sefersol :

GRAB :

Projet Buzuk : plus d’infos sur la page "Maraîchage sous couverts" (prochainement en ligne)

DOCUMENTS A TELECHARGER

SOUTIENS

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les UsageR·E·s, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2018-2021)

LICENCE LIBRE

L’ensemble de cet article, des explications, des photos et des plans livrés sont accessibles à tous. Ils sont diffusables et modifiables à condition que vous mentionniez la paternité de l’œuvre (L’Atelier Paysan), et que vous apposiez sur tout document reprenant ces éléments la même licence utilisée par nos soins, à savoir la Creative Commons BY NC SA.