Accueil > Actualités > [R&D] MACHINES DE TRI DE SEMENCES POTAGÈRES

[R&D] MACHINES DE TRI DE SEMENCES POTAGÈRES

lundi 25 novembre 2019
[R&D] MACHINES DE TRI DE SEMENCES POTAGÈRES

Grâce à l’animation conjointe d’un groupe d’une vingtaine de fermes avec Interbio Franche-Comté, ces 3 dernières années ont vu le développement de 2 machines de tri de semences potagères en autoconstruction. Le moment est donc venu de revenir plus en détails sur la batteuse et la colonne de tri densimétrique !


> ACCÉDER AU DESCRIPTIF DE LA BATTEUSE

> ACCÉDER AU DESCRIPTIF DE LA COLONNE DE TRI DENSIMÉTRIQUE


En fin 2016, de premiers échanges ont eu lieu entre l’Atelier Paysan et l’association des croqueurs de carotte (regroupant Biaugerme, Germinance, Graines del Païs, Jardin’enVie, Le potager d’un curieux, Semailles), pour commencer à réfléchir à du matériel de tri de semences potagères adapté à de petits producteurs.

Par ailleurs et complètement indépendamment, un groupe de producteurs de semences potagères de Franche Comté / Bourgogne travaille depuis 2006 sur les questions d’autonomie semencière, de sélection variétale…
Animé par Interbio Franche Comté (référent : Samuel Howald), ce collectif regroupe une bonne vingtaine de fermes.

Ces producteurs ont l’habitude de travailler collectivement.
En effet, 1 fois par an, ces paysans se rejoignent à Nolay (21) chez Yannick Loubet, pour trier ensemble leurs semences.
Car Yannick, producteur expérimenté mais aussi formateur sur les techniques de production de semences, possède déjà du matériel de tri : batteuse et colonne de tri densimétrique. Ce sont des outils du commerce, imaginés au départ par l’INRA (en 1989), pour des besoins de laboratoire, mais qui correspondent assez bien aux attentes de petits producteurs.

Le principe de la batteuse à semences potagères :
JPEG - 78.3 ko

Le besoin d’avoir d’autres outils de tri a émergé progressivement en 2017/2018, pour des questions pratiques : il devenait pertinent d’avoir plusieurs outils de tri au regard du nombre croissant de personnes intéressées par la démarche.

Le groupe a alors commencé à réfléchir à autoconstruire ses propres outils, et InterBio Franche Comté a contacté l’Atelier Paysan pour un accompagnement en ce sens.

Très autonomes, les maraîchers ont rapidement établi un cahier des charges pour les outils à autoconstruire : il s’agissait de garder les fonctionnalités de l’existant tout en essayant de simplifier la conception.

Frédéric Striby, maraîcher à Roman (39), ayant aussi une solide formation mécanique, a réalisé quasiment l’intégralité des plans des premières machines.
Thomas Seguin, maraîcher à Orchamp (39), s’est particulièrement impliqué sur la question du dimensionnement de la machine et des approvisionnements en pièces techniques.
Pour ne citer qu’eux, sans pour autant omettre l’implication forte de chaque producteur.
Mais, simplement, ces exemples sont à l’image de la dynamique particulière de ce collectif.

Le principe de la colonne de tri densimétrique :
JPEG - 116.4 ko

Ainsi, lors de la session de prototypage de novembre 2018, co-organisée avec Interbio Franche-Comté, 4 batteuses et 3 colonnes de tri ont été réalisées en 5 jours.
Ce sont ces modèles qui vous sont présentés ici. Quelques améliorations sont en cours d’étude à l’Atelier Paysan et seront prochainement testés.

Un aperçu de cette session de prototypage (merci à Samuel Howald pour la réalisation de la vidéo !) :


Partenaire :

JPEG - 37.8 ko

Contributions :

  • Samuel HOWALD – Interbio Franche Comté
  • Frédéric STRIBY – Maraîcher
  • Thomas SEGUIN – Maraîcher
  • Yannick LOUBET – Maraîcher

separateur_1


Soutiens :

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), ainsi que sur "L’innovation par les UsageR·E·s, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2018-2021)