Accueil > Français > Le projet UsageR·E·s > L’espace-test du Germoir s’équipe et se forme grâce à l’auto-construction

L’espace-test du Germoir s’équipe et se forme grâce à l’auto-construction

Au programme de cette formation assurée par l’Atelier paysan pour faciliter le travail des paysannes et paysans en devenir, une buteuse, un cultibutte, un vibroplanche et une dérouleuse à bâches.

JPEG - 2.6 Mo

Début décembre, une dizaine de paysans et de paysannes et de porteurs de projet en test activité agricole au Germoir, à Ambricourt (Pas-de-Calais), ont participé à un chantier d’équipement organisée par l’Atelier paysan sur l’auto-construction dans le cadre de la MCDR Usage-R-E-s. Les objectifs ? Disposer de nouveaux outils de maraichage pour les porteurs de projet : une buteuse, un cultibutte et un vibroplanche pour travailler le sol et une dérouleuse à bâches pour couvrir les buttes plus facilement et éviter le désherbage mécanique.
Mais aussi réfléchir aux outils adaptés à ses pratiques et se former en collectif. Après l’Essor Maraîcher dans le Tarn, c’est le deuxième espace-test équipé dans le cadre de ce projet. « Nous voulions voir comment un espace-test peut devenir un lieu où des outils sont testés par des personnes en réflexion sur leur installation future, pour ensuite réaliser des choix techniques une fois qu’elles s’installeront », ajoute Morgane Laurent, animatrice nationale de l’Atelier paysan.

L’autonomie sur le matériel agricole
« Nous n’avons pas seulement équipé un espace-test il y aussi le chemin. Nous nous sommes formés à la soudure et la construction des outils, à leur utilisation, à leur réparation… Il y a vraiment cette envie de rendre autonomes les porteurs de projet et les paysans vis-à-vis de leur matériel agricole. Cela nous paraissait important d’auto-construire nos propres outils pour ne pas être dépendants des revendeurs de matériel  », explique Pierre-Henri Roussel, animateur du Germoir et co-président du Réseau national des espaces-test agricoles (Reneta). Le Germoir, premier espace-test né en France en 2005, met à disposition trois hectares pour des porteurs de projet, principalement en maraîchage biologique.

Choisir des outils adaptés
Augustin Tillin, qui accompagne les futurs paysans du Germoir sur les aspects techniques et Romuald Botte, maraîcher en Nord-Pas-de-Calais et formateur pour Etincelles Paysannes et l’Atelier Paysan, ont pris le temps de construire cette action pendant un an afin de choisir des outils adaptés à la réalité du lieu et aux besoins des personnes. Le Germoir a financé la matière première - environ 5 000 euros de barres de fer, d’outils, de roulements à bille – et la formation de l’Atelier paysan a pu être financée par la MCDR Usage-R-E-s.
« On n’aurait pas pu sortir les frais de formation sans cela. On aurait seulement pu acheter une dérouleuse, toute faite, d’occasion. On a déjà visité trois fermes où les maraîchers avaient travaillé avec l’Atelier paysan et il y avait beaucoup d’échos positifs. On se disait, le jour où on aura le temps et surtout l’argent, on fera un chantier avec eux. Grâce à la MCDR, une partie de l’enveloppe financière été prise en charge et on a revu notre calendrier pour mettre ce chantier dans nos priorités », ajoute Pierre-Henri.

Apprendre à souder et à lire un plan
Le bilan de cette expérience est positif bien que deux des douze personnes inscrites aient dû annuler leur participation et que le matériel ait été livré tardivement. « La plupart n’avait jamais soudé, ils ont pu apprendre, découvrir du matériel de construction, de création, de découpe de l’acier, note Pierre-Henri Rousel. Après, c’est comme un jeu de construction ! Romuald est arrivé avec des plans extrêmement complexes, personne n’arrivait à les lire et puis petit à petit on a compris comment ça se lisait et comment on avançait pour construire cet outil. Je n’avais jamais travaillé sur de l’acier et c’est quelque chose qui me faisait peur. Finalement ce n’est pas si compliqué que ça. Donc en termes de montée en compétences et en confiance c’est plutôt pas mal. Ça se fait aussi dans un cadre convivial, il y a douze personnes qui bossent ensemble du lundi au vendredi, il y a des liens qui se nouent, c’est plutôt sympa ».

JPEG - 1.7 Mo