Accueil > Plans et Tutoriels > Semoir viticole à engrais verts (GEST)

Semoir viticole à engrais verts (GEST)

Semoir viticole à engrais verts (GEST)

Voici les plans d’un nouveau semoir viticole pour les engrais verts, adapté au tracteur enjambeur et aux vignes étroites bourguignonnes, développé avec l’association le GEST.

CLIQUEZ POUR TÉLÉCHARGER LES DERNIÈRES VERSIONS DES PLANS

Contexte

Un groupe de domaines viticoles de bourgogne, grâce à une initiative du GEST, mène une réflexion sur l’implantation d’engrais vert dans les vignes. Pour faire un semis efficace, parfois en semis direct, ils ont besoin d’un semoir adapté à leurs tracteurs enjambeurs. Cet outil n’existant pas sur le marché, ils ont contacté l’Atelier Paysan pour les soutenir dans le développement.

Cahier des charges initial :

  • Semer des mélanges de graines d’engrais verts dans le rang entre les vignes. Cela peut être fait sur des vignes étroites (1.25m) ou large (2.5m).
  • La largeur de semis doit être réglable, avec un maximum de 50 cm pour les vignes étroites et la possibilité de semer sous le tracteur pour les vignes larges.
  • Le semoir doit se monter sur les portes outils de leurs tracteurs enjambeurs, de la même manière que les perches Boisselet.
  • Les graines seront distribuées par une trémie Delimbe (matériel identifié comme fiable).
  • Le sillon créé par le semoir doit être le plus fin possible pour remuer le moins possible le terrain, limiter l’effort de traction et les risques de bourrages.
  • Il doit être possible de semer sur un sol non travaillé, parsemé de sarments
  • Le terrage et le dévers doivent pouvoir être contrôlés afin que les graines soient enterrées à une profondeur définie

La version actuelle du semoir pour vignes étroites :

Réalisation du prototype :

Après plusieurs réunions préparatoires et des échanges de schémas et de commentaires, nous nous sommes mis d’accord sur un design a tester. Un prototype a été construit lors d’une formation de 3 jours. Il a été conçu sur mesure pour s’adapter au tracteur le plus répandu dans les exploitations. Le prototype a ensuite été utilisé avec des conclusions mitigés sur des parcelles de différents viticulteurs. Vous trouverez ci-dessous les commentaires sur le fonctionnement et les schémas du semoir. Les plans sont en téléchargement en bas de page.

Fonctionnement :

Un cadre est fixé de chaque côté sous le tracteur sur les portes outils standard.
Des disques sur ressorts fendent le sol et coupent la végétation et les débris. Juste derrière, le soc ouvre un sillon et la trémie injecte des graines derriere lui. Enfin, des dents de recouvrement referment le sillon. Tous les éléments sont réglables en largeur. Le pneu du tracteur viens en plus tasser les sillons sur lequel il roule.

Pour semer en vigne large, des rallonges sont ajoutées pour répartir les socs de semis et les disques sur toute la largeur sous le tracteur.

Conclusions du prototypage :

  • Avec la trémie delimbe il est difficile de semer avec un débit précis des mélanges contenant des grosses graines (féveroles). De plus, a la levée, la féverole se montre très fragile et est détruite au moindre passage dans les vignes. Il est donc décidé de continuer les tests sans féveroles dans un premier temps.
  • Le bâti est trop large par rapport au besoin du semis. Il sera rendu plus étroit pour faciliter l’utilisation entre les rangs.
  • 3 rangs de plantation par inter-rangs ne sont pas suffisants. Il est demandé de faire 4 rangs.
  • > Suite à une analyse des résultats du travail du prototype avec M. Archambault, il a été convenu de faire le nouveau semoir avec 4 rangs travaillant sur cm de large (au milieu de l’inter-rang)
  • L’utilité des disques coutre et discutée, selon l’état du sol au moment du semis. Certains souhaitent des disques fixes, d’autres des disques suspendus et d’autres ne veulent pas de disques. Il sera alors proposé pour la formation de choisir une option.
  • Les socs présentent un angle trop prononcé, ce qui empêche de débourrer les outils sans descendre du tracteur. Cet angle sera réduit sur la prochaine série.
  • Certains veulent ajouter des ailettes à la base des socs pour créer de la terre fine au niveau de la graine, sans pour autant faire un sillon plus large. D’autres veulent des socs simples et très fin. En formation de réplication, les socs seront grandement simplifiés, améliorés et la présence d’ailettes sera au choix de l’utilisateur.
  • Les dents de herses pour le recouvrement ont fait l’unanimité même si leur système de fixation doit être simplifié pour accélérer la fabrication.
  • Vu le peu de contraintes budgétaires, les stagiaires souhaitent sous-traiter le maximum de chose en découpe laser, pliage… cela, afin de simplifier et d’accélérer la fabrication et afin d’éviter des taches ennuyeuses. Ce sera chose faite.
  • Le réglage de dévers n’est pas utile, vu la faible largeur de l’outil. Nous allons donc le supprimer pour simplifier la construction.
  • Pour ne pas avoir à construire un bâti entier, nous allons utiliser comme base une perche à trou de chez Boisselet. De ce fait, le dévers sera réglable, même si ce n’est pas une demande du nouveau CdC.
  • L’utilité de la suspension des disques et des disques eux même est discutée selon les terrains et l’itinéraire technique.
Formation de re-conception/réplication :

Une réflexion de re-conception a été engagée suite aux remarques faites sur le prototype
.
Pendant la formation de réplication, 6 semoirs ont été réalisés, avec certaines différences, notamment : La taille, le support et la présence des disques, la géométrie de la dent, l’utilisation de rouleaux relève-traces.
Le semoir présenté en plan ici est le modèle dit standard. Les options sont présentées à part, plus bas.

Options :

Soc en Té inversé :
Il peut être ajouté sur le soc deux petites ailettes en carbure qui permettent de créer de la terre fine proche de la graine. Un stagiaire est intéressé pour fabriquer ce type de soc. Ce principe est mis en avant parl’agriculture de conservation. Sur ce modèle, la goulotte de descente des graines a été baissée au maximum. Il faudra voir ce que donne le test de semis, pour être sûr qu’elle ne se bouche pas avec de la terre.

Disque mobile :
Comme sur le prototype, le disque peut être monté sur ressort afin d’épouser le sol et d’éviter les pierres. Le problème est que s’il y a une pierre, le soc la touchera de toute manière. Il parait alors peu utile de complexifier le montage du disque. Eventuellement pour protéger le disque et les roulements des chocs trop violents. Les disques n’étaient pas assez bien tenus sur le prototype. Nous avons donc renforcé le support et certains vignerons ont préféré choisir des disques plus petits (Ø250 au lieu de Ø360). Les résultats des différents tests seront connus à l’automne 2018.

Rouleau relève trace :
Ils sont placés derrière les roues arrière du tracteur, éventuellement lestés, afin de tasser le sol sur le semis. Un modèle très simple a été construit pour tester le principe.

Semis en vigne large :
Pour semer en vigne large, sur chaque module, 2 des traverses seront remplacées par des traverses plus longues. Cela permettra de placer des éléments de semoir sous le tracteur pour semer toute la largeur de l’inter-rang.

Modifications futures et pistes d’améliorations :

Nous sommes en attente des retours de cette saison 2018 de semis/croissance/destruction pour pouvoir proposer des améliorations aux plans. Vu la diversité de géométrie et d’usage des semoirs lâchés dans les vignes, nous devrions avoir des retours intéressants. Les test agronomiques sont conduits et suivis par le GEST. C’est eux qui réfléchissent aux types de semences à mettre, la date, la densité… Nous les accompagnons également sur le développement d’outils de destruction de l’engrais vert, si besoin (voir le rouleau faca viti pour vigne large).

Partenariat :

DOCUMENTS A TÉLÉCHARGER

SOUTIENS

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires. Leur contenu sera régulièrement mis à jour tout au long du projet.

Lien vers la page "nos partenaires" : http://www.latelierpaysan.org/Nos-partenaires

LICENCE LIBRE

L’ensemble de cet article, des explications, des photos et des plans livrés sont accessibles à tous. Ils sont diffusables et modifiables à condition que vous mentionniez la paternité de l’œuvre (L’Atelier Paysan), et que vous apposiez sur tout document reprenant ces éléments la même licence utilisée par nos soins, à savoir la Creative Commons BY NC SA.