Accueil > Français > Le projet UsageR·E·s > L’équipement des espaces-test agricoles : penser la mobilité et le partage

L’équipement des espaces-test agricoles : penser la mobilité et le partage

Le Réseau national des espaces-test agricoles (Reneta) a réalisé une première analyse sur la fonction pépinière des espaces-test et notamment sur les ateliers de fromagerie mobile.

Atelier de tranformation mobile
.
Le test d’activité agricole est un outil pour apprendre le métier, découvrir un territoire, affiner des itinéraires techniques, mettre en place ses débouchés, valider une association... Mais il nécessite de réunir un lieu et des équipements pour produire, un accompagnement et un statut social. Or le développement des espaces en « archipel » sur différentes fermes, l’augmentation du nombre de porteurs de projets et leur rotation ainsi que des besoins croissants en matériel de transformation, ont fait émerger de nouveaux enjeux autour de la mise à disposition d’équipements par les espaces-test. Le Reneta a entamé un travail sur cette question dans le cadre de la MCDR Usage-R-E-s et a produit une première analyse sur les atouts et contraintes de différents types d’ateliers mobiles de transformation laitière, en partie auto-construits.

Comment financer l’acquisition et le renouvellement du matériel ?
Les interrogations des espaces-test et porteurs de projet sur le matériel sont nombreuses. Quel socle minimal fournir au testeur et donc quel compromis entre une « débauche de matériel » mise à disposition au risque de biaiser le concept d’installation progressive et « le misérabilisme » avec un minimum de matériel qui rend difficile le test ? Comment conserver la fonction pédagogique du test, dont la finalité est d’aller vers l’autonomie technico-économique et de décision des porteurs de projet si l’on ne dispose que d’un type de matériel ?
Comment financer l’acquisition et le renouvellement du matériel sachant qu’il est exclu d’en demander le financement complet aux porteurs de projets, même si certains pourraient partiellement le racheter à l’issue du test ? Quel partage d’équipement penser et quelle importance accorder à sa mobilité dans les cas où un lieu test s’arrête, dans ceux où du matériel ne s’avère plus adapté ou nécessaire ou encore pour des fermes qui ont un besoin éphémère dans le cas d’un test lié à une transmission ?

Une diversité de besoins et contraintes
Compte tenu de la diversité des espaces-test et de leurs besoins ou contraintes spécifiques, le Reneta ne cherche pas à produire un liste ou un schéma unique de matériel même s’il note l’importance « d’acquérir des outils et matériels mobiles – donc possiblement utilisables par plusieurs lieux test - et plutôt généralistes afin qu’ils soient utilisables par des testeurs différents et dans la durée ».

Des références sur les ateliers mobiles
L’étude du Reneta sur les ateliers de fromagerie mobile propose des références pour aller plus loin grâce à plusieurs exemples dans le Bearn, en Auvergne, dans le Tarn et en Île-de-France. Pour être mobile, le module de transformation doit par exemple rentrer dans la première catégorie de convoi poids-lourd du code de la route, avec une largeur de moins de 2,55 mètres et une longueur inférieure à 15m. Il faut également penser avant l’installation aux raccordements aux réseaux d’eau et d’électricité ou à celui des évacuations des eaux grises, souvent problématiques.

Partir des besoins des usager-e-s
Enfin, les différents types d’ateliers conçus sur la base de module type « algeco », de container maritime, de mobile home, d’ossature bois ou de caisse frigo aménagée ont chacun des avantage et inconvénients sur le plan de l’isolation, de l’aération, de la place de stockage pour l’affinage, des contraintes réglementaire et d’installation ou transport ou encore de prix, avec un coût de de 2500 euros (hors matériel) à 60 000 euros. Cette réflexion sur l’équipent sera être étayée et complétée pendant la dernière année du projet MCDR Usage-R-E-s.