Accueil > Plans et Tutoriels > Épandeur à fumier / compost

Épandeur à fumier / compost

Épandeur à fumier / compost

Voici les plans d’un épandeur à fumier et compost pour le maraîchage biologique. Une solution ergonomique pour entretenir la fertilité des sols, en plein champs ou sous serres, grâce à sa benne basculante et un débit adaptatif selon la vitesse d’avancement.


CLIQUEZ POUR TÉLÉCHARGER LES DERNIÈRES VERSIONS DES PLANS

PROTOTYPE EN COURS DE DÉVELOPPEMENT !

Cette page présente la toute première version d’un épandeur à fumier/compost pour le maraîchage, un outil prototypé depuis 2019 par l’Atelier Paysan.

Tel qu’il est présenté ici, cet outil n’est pas encore adapté pour une reproduction en autonomie dans les fermes.
Des retours de terrain et de nouvelles évolutions sont encore nécessaires, et devraient arriver dans les mois à venir. Si le développement de cet outil vous intéresse, que vous souhaitez vous y impliquer ou simplement en apprendre plus, vous trouverez toutes les informations dans cette page pour creuser le sujet.

Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter directement !

separateur



Contexte et historique

En agriculture bio, il est indispensable d’entretenir la fertilité de ses sols par l’apport de matière organique externe (fumiers, composts). La mise en œuvre pratique n’est pas toujours aisée : nombreux sont les paysans qui épandent à la main, et qui nous sollicitent régulièrement pour trouver des solutions autre que la brouette et le croc… sans se ruiner, et potentiellement, pour le plein champ comme pour les serres.

Joseph, au fil de ses pérégrinations, et en s’inspirant de modèles vus chez des paysans, a mis au point un premier prototype d’épandeur tracté autoconstruit.


Présentation générale

L’épandeur à fumier/compost est un outil à benne basculante, attelé au tracteur via un triangle d’attelage.

Le débit, réglé par un système de trappe, permet d’épandre entre 20 et 35t/ha.
Le volume de celle-ci est de 0,8m3, soit à peu près 500 kg de compost de fumier.

Le poids de l’outil à vide étant de 415 kg, l’ensemble dépasse les 900kg, et nécessite donc un bon tracteur devant, avec contre-poids.


Principe de fonctionnement

En images :

  • On baisse la benne :

  • On charge en reculant dans le tas :

  • On transporte la benne sur site :

  • On pose la benne et on épand :


En vidéo :


Caractéristiques techniques


Châssis et stabilité

Le chassis présente « classiquement » un triangle d’attelage. Des béquilles relevable à l’avant et escamotables à l’arrière permettent de poser l’outil en sécurité.

Petit « plus » pratique : les béquilles escamotables peuvent être « rangées » directement sur le triangle, grâce aux portes béquilles.


Benne basculante

JPEG - 147.4 ko

Elle est animée par deux vérins hydrauliques double-effet de 300 mm de course, positionnés sous la caisse.

Le mouvement est régulier et l’amplitude est bonne.

La puissance des vérins permet le relevage de la benne chargée sans problème.
Le circuit hydraulique avec le répartiteur, le diviseur de débit, les clapets anti-retour, est validé.

À noter : la « fenêtre » en fer déployé, côté conducteur. Elle permet un contrôle visuel du contenu de la benne.


L’entraînement du tapis d’épandage

L’entrainement du tapis est assuré par des roues de diamètre 900mm, équipées de chaines pour une meilleure adhérence.

JPEG - 121.2 ko

L’entrainement est « direct », c’est-à-dire que l’énergie pour entrainer le tapis d’épandage est prélevée « directement » sur l’axe de rotation de la roue. Un choix de pignons adéquats permet de déterminer la vitesse de rotation du tapis.

JPEG - 116 ko

À noter : L’épandage se fait par l’avant de la benne. Ainsi, le conducteur peut contrôler visuellement la descente de la matière organique.


Le tapis d’épandage

Dans les futures versions, le tapis d’épandage sera constitué d’UPN (une barrette de 2 cm de haut, tous les 8 cm).
Attention : sur les photos du premier prototype, ce sont des cornières qui ont été utilisées.


Réglage du débit

Le débit est contrôlé par l’ouverture de la trappe, elle-même actionnée par deux manivelles :


Résultats d’essais

Les premiers essais ont été menés aux Jardins de Chérennes (38) avec un fumier de vache passé une fois au retourneur 3 semaines auparavant. Le produit est encore assez fibreux et gras, avec une reprise en masse de certaines zones plus sèches, sous l’effet des champignons.

Le remplissage de la benne se fait très facilement en reculant dans le tas. Mais avec ce genre de compost, il est impératif de ne pas le faire en une fois, pour faciliter l’épandage par la suite. Un deuxième passage de retourneur aurait été profitable pour homogénéiser le produit et défibrer davantage.

Le volume de 0,8m3 de la benne, soit à peu près 500 kg de ce compost, permet d’amender 2 planches de 50m sous serre ( 35t/ha) ou 3 planches de 50m en extérieur (24t/ha) . C’est conforme aux attentes des maraichers sollicités pour avis. Il faudra faire des essais avec d’autres types de produits pour tester l’épandabilité et la régulation du dosage.


Pistes d’amélioration

Selon retours d’expériences. À priori, il serait possible d’envisager un renforcement de la pignonerie d’entrainement.

Au moment de la rédaction de cette page web (fin novembre 2020), cet outil n’a été prototypé qu’une seule fois.


Aller plus loin


Interlocuteurs principaux

Morgan LETELLIER  : Animateur formateur, ingénierie des outils
m.letellier@latelierpaysan.org / 06.01.68.17.96

Thomas TRAN-LE : Apprenti, Tournées de Recensement d’Innovations Paysannes, soutien à la R&D
t.tranle@latelierpaysan.org / 04.76.65.85.98


Combien ça coûte ?

Documents à télécharger

SOUTIENS

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les UsageR·E·s, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2018-2021)

LICENCE LIBRE

L’ensemble de cet article, des explications, des photos et des plans livrés sont accessibles à tous. Ils sont diffusables et modifiables à condition que vous mentionniez la paternité de l’œuvre (L’Atelier Paysan), et que vous apposiez sur tout document reprenant ces éléments la même licence utilisée par nos soins, à savoir la Creative Commons BY NC SA.