Accueil > Plans et Tutoriels > Caddie Géranium

Caddie Géranium

Caddie Géranium

Voici les plans du "caddie géranium", un chariot développé en collaboration avec l’Adabio et un groupe de maraîchers impliqués. Il permet d’enjamber les planches de cultures maraichères pour le transport des récoltes, mottes, parasol...

CLIQUEZ POUR TÉLÉCHARGER LES DERNIÈRES VERSIONS DES PLANS

JPEG - 1.2 Mo

 

Contexte & présentation générale :

Contexte :

Un groupe de maraîchers en planches permanentes a été constitué depuis 2016 par l’Adabio. Il s’agit de maraîchers travaillant sur des petites surfaces, avec peu de mécanisation. Ils cherchent à acquérir des connaissances en travail du métal et, pour réduire les investissements financiers tout en gagnant en productivité, ils souhaitent commencer à se fabriquer quelques outils simples. Après quelques réunions, il a été convenu de travailler sur un chariot d’assistance de récolte.

Objectif  :

Obtenir un chariot léger enjambant les planches qui permet de stocker de grands volumes !
Cet outil peut être utilisé pour poser les récoltes, les caisses de mottes à repiquer, mais aussi pour soutenir le parasol. Le plateau réglable en hauteur permet d’enjamber des cultures assez hautes (70cm sur le plan proposé). Sa grande contenance et son plateau inclinable font qu’il peut être utilisé comme épandeur (paillage, BRF, matière organique…). Il est possible de s’en servir comme d’une brouette à 2 roues et de l’atteler derrière un véhicule. Certains imaginent s’assoir ou s’allonger dessus à la recherche d’une position confortable. Nous attendons les photos !

Liens avec les autres chariots :

Ce chariot, sans remplacer le Charimaraîch’, reprend un bon nombre des fonctions initialement posées dans son cahier des charges. Plus d’infos sur le Charimaraich.

Nous allons voir quel est l’avenir de ces deux outils « cousins ». Dans la même famille, nous vous invitons également à découvrir le chariot porte tout. Plus d’infos sur le porte-tout.

 

Caractéristiques techniques :

Les plans présentés sont les plans sortant de la formation de prototypage, avec quelques corrections.

Le chariot présenté doit être redimensionné selon votre utilisation. L’écartement de vos passe-pieds va se répercuter sur l’espace entre les roues et donc sur la largeur du plateau. Il semble pratique de dimensionner le plateau pour recevoir des caisses ou cagettes standard (à pommes 600x400mm ou des plateaux datasem, un peu plus grand.). La longueur dépend du nombre de caisses à poser. Ne voyez pas trop grand, ça devient vite lourd ! Il est toujours possible de mettre les ridelles avant et arrière à plat pour agrandir votre chariot si besoin. Il est aussi possible de faire des ridelles plus hautes pour transporter des paillages volumineux par exemple.
Les ridelles n’empiètent pas sur le plateau, ce qui permet de conserver la surface d’agencement des caisses, même avec les ridelles en place.

Le plateau du chariot et le bardage des ridelles peuvent être fait en différent matériaux. Nous avons choisi ici une grille acier, assez légère, résistante, facile à souder, utile pour le lavage des légumes mais qui demande à être recouverte pour faire de l’épandage ou du transport de vrac.

Il est possible d’accrocher le chariot derrière un véhicule, pour aller de la parcelle au hangar par exemple (pas d’homologation sur route). Il peut aussi être attelé derrière un tracteur ou motoculteur pour faire de l’épandage plus intensif (attelage non réalisé à ce jour).

Ces chariots ont encore très peu été utilisés dans vos champs, nous attendons des retours pour faire des modifications, si besoin. Vous pouvez vous joindre à cette démarche en construisant, en vous inspirant de ces plans, un chariot et nous faire des retours sur sa fabrication, adaptation, et son utilisation. Merci !

 

Modifications futures et pistes d’améliorations :
  • La conception des ridelles latérales pourrait être plus élégante. Le décroché central doit pouvoir être évité.
  • Les manivelles des roues jockey sont inutilisables quand les ridelles sont en place et que le chariot est haut. Ce n’est pas vraiment gênant car la hauteur peut se régler via les vis de préréglages mais une modification des ridelles pourrait simplifier cela.
    - Les renforts de chandelles des grandes roues ont été rendus plus compacts depuis le prototypage. (différence entre photos et vues 3D).
  • Le diamètre des roues jockey est peut-être un peu faible pour un bon roulement à 4 roues, chargé sur terrain cahoteux. Si le besoin de grandir ces roues est validé, il faudra peut-être un peu changer la structure avant du châssis.
  • Le chariot n’a pas vraiment de système de direction. Les 2 roues avant sont folles (type chariot de supermarché). Il faut valider à l’usage la fonctionnalité de ce système et il faudra peut-être de l’entrainement à l’utilisateur (dans quel sens prendre le chariot, pousser ou tirer ?).

Retours des utilisateurs et pistes de solutions

  • Le timon est trop bas. Plusieurs solutions :

o Couder le timon : simple mais plus gênant une fois rétracté. Il est possible de le retourner pour le ranger

o Faire un timon réglable en hauteur, plus lourd, complexe à fabriquer, difficile à rétracter mais moins encombrant que la première solution.

o Faire un timon articulé (par exemple, semblable à un gouvernail de bateau : une barre et 2 maillons de chaine) : prévoir du grip au bout de la partie mobile et un élastique+crochet pour l’accrocher sous le chariot quand il n’est pas utilisé.

  • Le transport de grands volumes de vrac n’est pas très simple :
    o Faire les ridelles pleines (plastique alvéolaire par exemple) ;
    o Garder le fond en grille, avec possibilité de mettre un panneau plastique au fond ;
    o Faire des ridelles plus hautes. Eventuellement, faire deux jeux de ridelles (un normal et un très haut), ou des rehausses de ridelles qui se mettent sur les ridelles initiales. Il sera alors utile de garder débouchant le haut des tubes verticaux des ridelles (pas de coupes a 45°).
  • Les roues jockey déchirent le paillage textile :
    o Protéger l’angle vif du support de roue
    o Ressouder le support de roue vers le haut pour éloigner la partie gênante. Conséquence : il ne sera plus possible de baisser le plateau aussi bas qu’avant et les roues ne pivoteront pas aussi bien sur elles-mêmes.


  • Choix des roues
    o Des roues de vélo, facilement récupérables peuvent être montées. Si le terrain est très mou, des roues de brouettes peuvent être plus adaptées. Plus les roues sont grandes, plus elles roulent facilement mais cela limite la descente du plateau. Des roues de vélo 20’’ avec des pneus larges VTT semble efficaces sur sol dur.
    o Les roues jockey sont petites. S’il n’est pas nécessaire de descendre le plateau très bas, il peut être intéressant de monter des roues de plus grand diamètre. Il peut être intéressant de monter des grandes roues jockey avec un système de blocage de direction (voir plus bas). Ainsi, il sera toujours possible de rouler droit en position très basses (mais pas de faire toutes les manœuvres). Pour pouvoir quand même descendre le plateau assez bas, le support de la roue peut être incliné (image de droite)

  • Le chariot ne roule pas droit, il est difficile de le diriger seul dans les planches, surtout si il y a de la pente/dévers
    o Mettre un système de blocage des roues jockey pour quand on veut aller tout droit. Il est peut être suffisant de mettre une ou 2 vis pression tout en bas du fourreau (attention à ne pas gêner la roue)

o Pour rouler droit, il est pratique d’être à 2. Dans ce cas, l’extension en largeur du timon est intéressante (voir ci-dessous)

Retours de modifications, deuxième série

Un test d’agrandir les roues jockey a été mené aux jardins du coteau (chariot largeur 1.3m). Des roues de vélo 16’’ ont été installées (Øpneu= 390 au lieu de 260. Le blocage de direction à également été mis en place.

Les essais rapides effectués confirment les prévisions :

La résistance au roulement est diminuée (diamètre plus grand et présence de roulements à bille dans le moyeu).

Le franchissement de petits obstacles est facilité.

Le pneu de vélo est plus étroit que le pneu de la roue jockey initial. Il aura donc plus tendance à s’enfoncer dans un sol mou.
Au jardin du coteau, le roulement est compliqué par des passe pieds non permanents et donc très cahoteux.
Il pourrait être intéressant d’essayer ce chariot chez un maraicher en planche permanente avec un écartement similaire.

Le blocage de direction n’a pas été beaucoup testé. Dans un chemin droit, ça semble fonctionner mais le levier sur les vis de serrage n’est pas assez grand. Il faut serrer bien fort pour brider complétement la roue.

Un détail sera à soigner sur les prochaines fabrications : La tête de fourche des roues principales tape quand on prend des bosses. Ce n’est pas très grave mais ça provoque un bruit métallique assez désagréable. Il doit être possible d’intercaler un ressort ou une rondelle en caoutchouc pour amortir ce contact. Sera créerai une sorte de fourche télescopique, ce qui améliorerai le contact au sol et la stabilité (grand luxe !!). En limitant le jeu dans cette liaison, on limiterait la violence du choc.

 

Images du chariot complet :

 

Partenariats :

DOCUMENTS A TÉLÉCHARGER

* Le modèle 3D (au format pdf 3D) n’est pas affichable dans un navigateur internet, pour le consulter vous devrez le télécharger et l’ouvrir directement avec le lecteur pdf installé sur votre ordinateur.

SOUTIENS

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires. Leur contenu sera régulièrement mis à jour tout au long du projet.

Lien vers la page "nos partenaires" : http://www.latelierpaysan.org/Nos-partenaires

LICENCE LIBRE

L’ensemble de cet article, des explications, des photos et des plans livrés sont accessibles à tous. Ils sont diffusables et modifiables à condition que vous mentionniez la paternité de l’œuvre (L’Atelier Paysan), et que vous apposiez sur tout document reprenant ces éléments la même licence utilisée par nos soins, à savoir la Creative Commons BY NC SA.