Accueil > Index de trouvailles paysannes > Général • E-Weeder : porte-outil électrique made in Belgium

Général • E-Weeder : porte-outil électrique made in Belgium

Klaas Ysebaert est installé depuis 5 ans en maraîchage biologique à Avelgem (Belgique) où il cultive 1,2 ha dans un sol limoneux-sablonneux. Son mode de production actuel a été guidé par une remise en question des modèles « classiques » : réflexion sur un travail avec des outils légers, en gardant la possibilité de travailler seul.

Les deux premières années il travaille sans tracteur, avec un motoculteur et des outils à main. Ce système est très difficile physiquement et le travail manuel très lent, peu adapté. Klaas réalise qu’un travail confortable et plus rapide est nécessaire pour vivre de son activité de maraîchage. Il s’équipe alors d’un tracteur et, en parallèle, il entame une nouvelle réflexion sur son outillage et sur une mécanisation électrique. Le travail manuel lui a permis de se rendre compte de la force nécessaire pour travailler et de concevoir ses outils en conséquent.

Dans sa recherche d’autonomie, il se forme à la soudure et essaye d’autoconstruire au maximum ses outils de travail : rouleau plein, rouleau de repiquage… Jusqu’à sa dernière création : l’E-Weeder, un porte-outils électrique polyvalent convertible en lit de désherbage !

CONTEXTE

Parcours :

Après une formation de 2 ans en agriculture biologique et biodynamique en Flandres, avec beaucoup de stages et visites de fermes, Klaas travaille 2 ans dans des fermes avec différents systèmes (chevaux, vaches, maraîchage), avant de choisir de s’installer en maraîchage. Il s’installe alors sur 1 ha de terrain qu’il complète par un 1 ha en location.

Nature de l’exploitation et des surfaces :

  • Un peu moins de 2ha en surface net, 1,2 ha utilisé.
  • Travail initialement manuel (outils à main, motoculteur et Weedmaster) qui évolue vers une mécanisation électrique.
  • Projet d’agroforesterie.

Commercialisation : réflexion en cours sur le système de commercialisation, projet de vente en paniers éventuellement complété par approvisionnement grossiste ou magasin.

CONSTRUCTIONS

E-Weeder, porte-outil électrique

E-Weeder.JPG

Coût global : ± 5000€ (avec batterie)

Batterie 700€, mécanique pas trop chers, électrique peut coûter chers en fonction de la puissance, nombre de watt, poids, etc. Ce prix est une estimation en achetant les pièces neuves, Klaas a eu la chance d’avoir des pièces en occasion ou gratuites.

Idée initiale :

  • Travail initial avec un Weedmaster, outil à main finlandais de binage et buttage avec disques, mais présentant plusieurs inconvénients : peu de visibilité sur la zone travaillée, effort physique important nécessaire pour pousser l’outil.
  • Réflexion sur un outil mécanisé similaire au Weedmaster : outil modulable, permettant de travailler seul (sans chauffeur), de manière autonome et indépendante, en restant dans une démarche de « faire autrement » : travail avec un moteur électrique à énergie solaire. L’énergie solaire oblige à travailler quand les conditions le permettent, ce qui s’inscrit bien dans le modèle mis en place.
  • Volonté d’un outil avec une position assise pour une meilleure vision et pour éviter de marcher sur les planches de culture (à la différence du Weedmaster)

Weedmaster.jpg

Choix de conception : Plans inventés, inspirés du Weedmaster et d’exemples de tracteurs électriques des États-Unis et du Canada. Conception et construction résultat d’une coopération entre Mattias, électromécanicien, pour l’aspect électrique et Klaas pour l’aspect mécanique et agricole.

Choix constructifs :

  • Structure générale : tentative de balancier sur les 2 roues avant avec 3 points d’appui (mieux que 4, moins de travail sur le cadre) mais ce balancier n’a pas fonctionné car il y avait trop de jeu. L’ensemble a donc été refixé et d’autres tentatives sont à venir pour l’hiver prochain.

Vue générale.jpg

  • Système de relevage, assise et boîtier électrique (importance de l’imperméabilité de l’armoire électrique pour protéger de la pluie et de la poussière et limiter les problèmes électroniques).

Système de relevage, assise et armoire électrique.jpg

  • Système de fixation/relevage pour un cadre sur lequel fixer des outils : le but est de changer facilement le cadre entier, selon l’usage souhaité (cadres différents pour le binage, désherbage, etc.). Un aperçu du système en action en vidéo .

Système de fixation.jpg

Cadre porte-outils.JPG

Particularités :

  • Batteries au lithium, différentes de celles utilisées pour le prototypage de la Chtit-bine , lit de désherbage polyvalent, réalisé avec l’Atelier Paysan (batteries de semi-traction en plomb, plus lourdes, adaptées à des déplacements lents), à voir au niveau de la durabilité quel type de batterie sera le plus adapté.
  • Idée initiale d’utiliser des disques de BPO pour creuser un sillon dans le chemin afin de guider la machine pendant le travail (et ne pas avoir à la diriger). Cette idée n’a finalement pas été nécessaire, la machine suit bien les planches légèrement butées, ceci grâce aux fourches des roues avant qui sont bien inclinées et par un élastique qui accentue cette tendance à rouler droit et corriger la trajectoire lorsque les roues touchent le bords des planches (voir vidéos ci-dessous).

Usage :

Cette machine électrique a été conçue pour servir en position assise ou couchée (installation d’une structure allongée type lit de désherbage), et utilisée pour différentes fonctions :

  • désherbage manuel (activité légère – pas besoin de tracteur)
  • plantation/repiquage dans des trous tracés au rouleau (activité précise) ou dans un sillon creusé par une dent montée en parallélogramme
  • binage avec doigts Kress

Le E-Weeder en action : en juillet 2016 , et après quelques améliorations, en mai 2017 .

Ergonomie : plus précis qu’un tracteur, silencieux et inodore, possibilité de travailler seul (pas besoin d’un chauffeur), confort (position assise ou couchée)

Comme le E-Weeder a des pneus fins, et roule dans les traces plus larges du tracteur, il peut se décaler dans les traces du tracteur et ainsi travailler différentes lignes de culture, et donc s’adapter à différents types de légumes (légumes « fins » lignes rapprochées, légumes « grands » lignes plus espacées), sans devoir déplacer les outils fixés sur le E-Weeder.

Un système similaire pourrait être imaginé avec un cadre poussé à gauche/droite par un cylindre hydraulique.

Rouleau lisse Meilleur outil, le plus utilisé et le moins chers !

Rouleau plein.jpg

Coût : 200-250€ pièce

Temps : 3h de construction pour une utilisation maximale !

Conception : inspiré d’un rouleau vu lors d’un stage

Usages : finition des préparations, affinage et tassement, tasse la terre après avoir travaillé le sol afin de garde l’humidité dans le sol et obtenir une planche plate, plus facile à entretenir.

Choix constructifs :

  • Un grand tube rond diamètre 42cm pour un tassement léger, un diamètre plus petit pousserait la terre vers l’avant
  • Un axe central
  • Découpes laser latérales
  • Marques sur le rouleau pour faire les lignes de semis : deux épaisseurs de fers plats de 20 ou 25/2 pliés et soudés autour du tube rond. Écartement entre les fers plats pensé pour avoir un système simple et adapté à différents légumes (donc différents écartements) : 2 lignes à 75, ou 4 lignes à 33/42/33 cm.

Plan du rouleau lisse.jpg

Avantage : Possibilité de travailler différents légumes avec un même outil à 75 cm.

Exemple :

  • Légumes « fins » (carottes, laitues) : 4 lignes : ligne 1 // 33 cm d’écartement // ligne 2 // 42 cm // ligne 3 // 33 cm // ligne 4. Dans ce système les lignes 1 et 3, comme des lignes 2 et 4, sont espacées de 75 cm.
  • Légumes « grands » : 2 lignes à 75 cm d’écartement.

Cet outil permet donc de travailler un système en 2 lignes ou 4 lignes.

Rouleau de repiquage

Inspiré de rouleaux vus à l’Atelier Paysan, indique où repiquer mais ne rejette pas assez la terre, projet d’ajouter une chaîne pour rejeter la terre. Tube rond facile à construire.

Rouleau de repiquage.jpg

Bâtiment de stockage mobile Bâtiment déplaçable au lève-palettes, construction bois et palettes, 1 jour 1/2 de travail.

Bâtiment de stockage.jpg

Et d’autres bricoles à venir...

Fabrication en cours d’un outil pour passer plusieurs rouleaux en même temps : un premier rouleau lisse et un deuxième rouleau cranté qui jette la terre, avec la possibilité de mettre des éléments (pattes d’oies, dents) entre les rouleaux. La fonction de cet outil dépendra des éléments ajoutés entre les rouleaux : des dents pour faire le travail d’un vibroplanche, pattes d’oies pour « entretenir » une planche de faux-semis très superficiellement, sans laisser monter de nouvelles graines indésirables. Le rouleau de repiquage pourrait également être intégré. L’idée est d’avoir un outil modulable : on monte 3 ou 4 rouleaux sur une même machine, les rouleaux qui travaillent sont sur la partie basse et les autres rouleaux restent sur la partie haute, l’ensemble étant réversible on peut changer rapidement de rouleau utilisé et donc de fonction. Un petit passage en Belgique s’imposera dans quelques temps pour voir l’évolution de ce beau projet !

POUR ALLER PLUS LOIN

D’autres exemple d’autoconstruction :

Un projet de R&D en cours à l’Atelier Paysan inspiré de l’E-Weeder : la Chtit-bine , lit de désherbage polyvalent, développé avec Klaas !

Sur les rouleaux :

Sur le Weedmaster : ici et .

Atypisch Atelier Publiek : atelier collectif d’artistes, paysans, bricoleurs, situé à Courtrai et qui a accueilli Klaas comme « artisan in residence » pour la réalisation de son E-Weeder.

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Camille AP — 20 Juillet 2017, 10:27 — Réponses 0 — Vus 2