Accueil > Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Poulaillers en paille avec enduit à la chaux

Bâtis autoconstruits • Poulaillers en paille avec enduit à la chaux

INTRODUCTION

Sébastien Benoit est installé depuis 6 ans à La Brillaine (04) comme maraîcher-paysan-boulanger. Parti de 4 ha de champs en location il s’est peu à peu agrandi, diversifié et équipé, construisant et modifiant lui-même au maximum ses outils de travail. Pour lui l’autoconstruction est un moyen de faire au moins chers et au plus proche de ses envies et besoins. Il expérimente également différentes techniques dans ses champs, testant le semi-direct sous couvert, même si sa production en pâti, l’importance pour lui étant de réussir à atteindre la richesse d’un champ en friche avec un minimum de production. Il travaille aujourd’hui sur 11 ha dont 1 ha de petits fruits et figuiers, 1/2 ha de prairies, 2500 m² en maraîchage et le reste en céréales.

Chez Sébastien tout ou presque est autoconstruit : hangars, fournil, four à pain , poulaillers et il bricole et améliore sans cesse ses outils : trieur alvéolaire, nettoyeur séparateur , séchoir à fruits et motofaucheuse .

Ferme.jpg

CONTEXTE

Parcours : Après des études de physique fondamentale, Sébastien reprend la ferme de son oncle en conventionnel pour la convertir en bio puis en biodynamie mais la transmission ne fonctionne qu’un temps et il part finalement en Ardèche où il passe 3 ans en collectif, dans une coopérative Longo Maï. C’est la proposition d’une amie de s’installer sur ses terres qui le fait finalement revenir en PACA et s’établir à la Brillaine.

Nature de l’exploitation et des surfaces :

  • 11 ha dont 1 ha de petits fruits et figuiers, 1/2 ha de prairies, 2500 m² en maraîchage, le reste en céréales : petit épeautre, engrain, maïs, sorgho, blé, millet + plantation arbres fruitiers (pistachiers, noix de pécan, oliviers...)
  • semi-direct sous couvert en bio à l’essai depuis 3 ans mais pas très concluant : à la volée pas idéal car ne fonctionne pas sans la pluie et à la machine enfonce trop les graines
  • bio et biodynamie sur certains aspects dans le but de concilier richesse des champs en friche avec un minimum de production
  • achat de grain pour la farine : Sur sa surface il devrait pouvoir être autonome mais l’an dernier il n’a produit que 100 kg sur 8 ha car essais en semi-direct sur toutes les parcelles mais résultats peu concluants

Commercialisation : vente directe sur les marchés.

Poulaillers en paille

Vue_général.jpg

Coût :

1er poulailler fait avec du matériel de récupération.

Pour les deux autres : 250/300 € chacun

Besoin initial : Poulaillers pour poules pondeuses.

Conception : Autoconception totale des espaces. « Faire soit même permet d’avoir quelque chose au plus proche de ses envies. »

Superficie :

Chaque poulailler compte une superficie de 20 m².

Pour un totale de 60 m² de surface utile.

Choix de conception :

Sébastien construit son premier poulailler en paille avec un toit en métal, mais il se rend tout de suite compte que un bâtiment où il fait chaud l’été et froid l’hiver ne serait pas un bon endroit pour les poules. Donc ce premier bâtiment au début voué à être un poulailler, devient un lieu de stockage.

Pour les autres deux bâtiments, il choisis un toit en bois, beaucoup plus performant en termes thermiques. Finalement seulement un des deux deviens vraiment un poulailler. L’autre, malgré qu’il soit finalisé, deviens un autre lieu de stockage (les poules, on le sait, peuvent faire les difficiles).

Poulaillers.jpg

Choix constructifs :

Bâtiment toit en tôle :

Dalle en béton.

Bottes de paille.

Poteaux de soutien pour la toiture (douglas).

Pannes et chevrons en bois (douglas).

toit en tôle.

Enduit à la chaux à l’intérieur.

poulailler_stockage.jpg

Poulailler :

Dalle en béton.

Bottes de paille porteuses.

tasseaux en bois (3cm) qui renforcent les bottes de paille.

Charpente de toiture inspirée de celle d’une yourte.

Poteau central de soutien pour la toiture (douglas).

Lattes en bois pour la couverture entre les chevrons.

Pare-pluie

Paille en galettes

Filet qui empêche à la paille sur la toiture de tomber.

La porte est divisée en deux, la trappe en bas permet aux poules de rentrer toute la journée.

Tirant en métal, précaution contre les forces horizontales du toit.

poulailler.jpg

Le troisième bâtiment est identique au poulailler en fonction. Les perchoirs et les pondoirs ont été enlevés pour faire de la place pour le stockage. Un panneaux solaire sur la toiture alimente une batterie reliée à deux ventilateurs qui assurent l’aération du local.

Ventilation.jpg

POUR ALLER PLUS LOIN

Poulailler mobile (la poule qui roule)

Poulailler mobile (petite taille)

Poulailler sur essieux

Plans & tuto poulailler mobile AP

Protection contre les buses

Fermeture automatique

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur “L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroÉcologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Selene AP — 19 Septembre 2017, 09:56 — Réponses 0 — Vus 1