Accueil > Plans et Tutoriels > Poulailler mobile

Poulailler mobile

Poulailler mobile

Le Poulailler mobile, dont vous avez ici le tutoriel, est un poulailler avicole simple, sans ameublement intérieur (perchoir, pondoir...). Sa surface au sol est de 42 m². Sa structure a été pensée pour une mise en œuvre la plus simple et accessible possible.

CLIQUEZ POUR TÉLÉCHARGER LES DERNIÈRES VERSIONS DES PLANS

Présentation générale :

Sa réalisation peut être faite selon les principes de l’ossature bois, détaillée dans les plans d’exécution suivant. Le poulailler est fait en bois, de préférence non traité, d’une essence de la classe adaptée à résister aux aléas climatiques (ex : douglas, mélèze). La réalisation ne comporte que peu de sections différentes : bastaing 175*50, chevrons 75*50, pannes 220*145, et voliges 225*25. La toiture est prévue pour accueillir du bac acier isolé en 100mm, équipé d’un film anti-condensation en sous toiture, suivant une pente de 5%. L’habillage final est prévu en bardage bois posé en clain. Le poulailler est équipé de 4 trappes, 2 ouvertures et 2 grandes portes d’accès.
Le temps de mise en œuvre dépend de la technicité du constructeur et de l’outillage à disposition. Cependant, il ne faudra pas compter moins de 10 jours, pour une personne expérimentée, afin de réaliser la structure et le montage.

Développement du prototype :

Ce prototype a été fait avec un groupe de paysans et paysannes, sous l’inspiration de la réalisation d’un éleveur dont vous pouvez consulter la chronique sur le forum de l’atelier paysan. A cette heure, un poulailler a été construit selon ces plans et le système de mobilité est encore en prototypage. Vous pouvez consulter kle déroulement du processus de Recherche et Développement accompagné par l’Atelier Paysan sur la page dédiée du forum.

Agronomie :

La thématique des bâtiments mobiles pour l’élevage suit une cohérence pour le bien être animale et celui du sol avant tout. En effet, le poulailler mobile, permettant de déplacer les bandes sur des parcours différents, réduit ainsi le parasitisme et permet de laisser le sol se régénérer entre deux élevages. Par la même occasion, le poulailler mobile n’étant volontairement pas équipé de sol, il permet au fumier d’être laissé directement sur le terrain de manière à pouvoir le collecter facilement ou l’épandre in situ. De cette manière, lorsque le poulailler se déplace et laisse le fumier sur place, cela réduit considérablement le temps de travail pour l’éleveur qui n’a plus besoin de sortir les excréments des poules à la pelle. De plus, l’avantage considérable que permettent les bâtiments mobiles d’élevage réside dans la possibilité de coupler l’élevage aux cultures végétales. Ce système agropastorale peut avoir différente forme : pâture en amont des cultures pour la préparation du sol, pâture post culture pour élimer les résidus végétaux, pâture en culture pour éliminer les insectes parasites par exemple.
La surface et le nombre de trappes du poulailler mobile permet d’élever des bandes de 250 poules pondeuses (selon le cahier des charges bio).

Mise en œuvre :

La mise en œuvre d’une telle structure est relativement simple. Pour se prémunir des imperfections lors de la réalisation, quelques astuces sont pourtant indispensables.

L’atelier :

tout d’abord, l’équipement indispensable pour la réalisation d’une ossature bois est le suivant : un sol plan pour faire une épure, une paire de tréteaux, le matériel de traçage et de mesure (cordex notamment), une scie circulaire, visseuse, perceuse, un coffret de clef à cliquet, marteau et masse, serre joint, scie à main, un jeu de ciseau à bois... Pour mieux s’équiper, vous pourrez aussi utiliser : une boulonneuse, une scie radiale, et un cloueur pneumatique.

Principe de l’ossature bois :

L’ossature bois est une méthode récente et simple pour réaliser les constructions en bois. Il s’agit d’une structure constituée d’une lisse basse, d’une lisse haute, entre lesquelles des montants verticaux sont fixés. Plusieurs types d’assemblages sont possibles : le tenon mortaise, les domino, le tourillonage, les vis et clous lardés. La fabrication de ce poulailler a été pensée en 8 pans de murs. Les sections de murs constituent 42² voulus sont assemblés sur site, à l’aide de la visserie adaptée (tirefond et connecteur métallique).

L’épure :

Il est essentiel de faire une épure pour la réalisation d’une telle structure. L’épure est un plan à l’échelle 1, tracé au sol, qui représente un gabarit de fabrication pendant toutes les étapes de traçage et d’assemblage. Un tel plan permet donc d’assembler les éléments comme dans un moule, de ne pas calculer les angles de coupe compliqués, et de reporter en piquage les éléments dont les côtes sont délicates à anticiper.

L’équerrage :

Autant pour l’épure que pour la vérification de l’orthogonalité, des techniques d’équerrage sont indispensables. La technique courante des charpentiers (le 3 ; 4 ; 5) permet de tracer des angles droit, à 30 et 60 degrés. Elle consiste à représenter un triangle rectangle dont les côtés sont respectivement un multiple de 3, 4 et 5 (ex : pour une longueur de 50 cm, le 3 4 5 serait : 150 cm, 200cm, 250cm). Cette technique peut permettre aisément de tracer une épure au sol. Par ailleurs, pour vérifier l’équerrage d’un pan de mur rectangle avant de le figer par les contreventements, il suffit de s’assurer que les diagonales sont égales. Ces deux techniques permettront également d’assurer un montage propre.

Avantage du modèle :

Outre les avantages agronomiques, le principal avantage de ce poulailler sera le confort animal qu’il permet, du fait du choix du matériau bois essentiellement. De fait, le bois a également une valeur esthétique qui pourra plaire à celles et ceux qui tiennent à la beauté de leur ferme, à celle des parcs, et à l’insertion paysagère de ces petits espaces.
Par ailleurs, ce poulailler à l’avantage d’être un simple exemple de principe, les plans étant adaptables et modifiable facilement de manière à créer de plus petites structures (par exemple pour l’élevage de poulet de chair, 36m² peuvent suffirent). Le principe de l’ossature bois étant facile, la réalisation peut tout à fait se faire à l’atelier de la ferme.

Limites :

Au-delà du fait que ce poulailler est toujours en cours de prototypage, que le système de mobilité reste à être étudié et validé, la principale limite est le coût de la structure, nécessitant beaucoup de bois sciés. Ce coût est cependant contre balancé par l’esthétique et les autres avantages.

DOCUMENTS A TELECHARGER

SOUTIENS

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National, par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires. Leur contenu sera régulièrement mis à jour tout au long du projet.

Lien vers la page "nos partenaires" : http://www.latelierpaysan.org/Nos-partenaires

LICENCE LIBRE

L’ensemble de cet article, des explications, des photos et des plans livrés sont accessibles à tous. Ils sont diffusables et modifiables à condition que vous mentionniez la paternité de l’œuvre (L’Atelier Paysan), et que vous apposiez sur tout document reprenant ces éléments la même licence utilisée par nos soins, à savoir la Creative Commons BY NC SA.