Accueil > Index de trouvailles paysannes > PPAM • Binage PPAM : bineuse, modules de tonte, bineuse de précision

PPAM • Binage PPAM : bineuse, modules de tonte, bineuse de précision

INTRODUCTION

Installés sur la ferme de Vauvenières, à Saint-Jurs (04), Yann et son frère Gaëtan se sont partagés l’exploitation familiale de 50 ha pour y développer chacun leur propre activité, gardant en commun le matériel agricole. Ils ont aujourd’hui une trentaine d’hectares chacun, valorisés par une activité diversifiée sur des sols arides et peu profonds : Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales, céréales, fruits et légumes. La majorité de la production est transformée sur place et écoulée en vente direct à la ferme, via le magasin ou l’accueil touristique.

En parallèle à son activité agricole Yann est également conseiller en PPAM bio et, à ses heures perdues, il bricole, invente et adapte de nombreux outils de binage PPAM : bineuse, modules de tonte, bineuse de précision. Ces innovations lui ont permis, entre autre, de s’adapter à la mise en place d’un couvert végétal en inter-culture.

La diversification nécessite aussi du matériel de transformation, et quoi de mieux qu’une distillerie autoconstruite pour transformer les PPAM !

Ferme de vauvenières.jpg

CONTEXTE

Historique :

Petite exploitation familiale de 50 ha, la ferme de Vauvenière a toujours eu une activité diversifiée, avec un accueil touristique. A la base lieu de vie d’une famille, ce sont aujourd’hui 3 familles qui y sont installées : une sur l’activité touristique et deux sur l’activité agricole, avec une double activité.

En Bio depuis 1999, la ferme voit s’installer Gaëtan en 2013, rejoint rapidement par Yann, en 2014.

Après un BTS agricole, Yann travaille dans un centre d’expérimentation de plantes à parfum, puis reprend une formation pour passer une licence en agriculture biologique. Il travaille ensuite dans un autre centre et devient conseiller en PPAM bio, activité qu’il pratique aujourd’hui encore, une trentaine de jours par an. Son activité l’amène à travailler en Occitanie et en Corse, avec les chambres d’agriculture, les CIVAM ou les producteurs ayant un projet d’installation ou de conversion en bio, et toujours, en parallèle, une présence indispensable sur l’exploitation, et dans ses plantations.

Nature de l’exploitation et des surfaces :

  • Sols arides peu profonds, pas d’irrigation sur les parcelles car très peu d’eau (2,5m3/heure commun aux gîtes + restaurant + ferme), uniquement 4000 m² arrosés correspondants aux parcelles de fruits et légumes et à la pépinière de plantes aromatiques.
  • Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales : Lavandin, Lavande, Immortelle (Hélichryse), Thym, Romarin, Sarriette et Origan.
  • Céréales anciennes : Seigle, Petit-épeautre et Khorasan. Céréales valorisées localement : farine, boulanger, meunier, pâtes faites à façon. Acquisition d’un petit moulin pour vendre de la farine et faire des pâtes fraîches sur place.
  • Fourrages : Sain-foin et prairie pour les Moutons.
  • Fruits et légumes : Sur un jardin de 5000 m² alternance de haies fruitières et bandes de production légumière.

Itinéraire technique : Depuis quelques années, Yann a rétabli un couvert végétal entre ses plans de lavandins pour lutter contre le dépérissement. Au vu des nombreux avantages liés à ce couvert végétal et observables dans ses cultures, il l’a généralisé à l’ensemble de son système, nécessitant quelques modifications du matériel pour semer et biner.

Sur des inter-rangs à 1,80m une bande enherbée de 60 cm est laissée au milieu, correspondant au passage des roues. Cette bande est limitée par deux bandes de 60 cm de chaque côté, qui sont travaillées, le long de la planche.

coupe_champ.jpg

Le dépérissement est une maladie qui touche lavande et lavandin, transmise par des cicadelles. Une technique de lutte intégrée consiste à réimplanter un couvert végétal afin de limiter les dégâts. L’enherbement permet une amélioration de la vie du sol, il rétablit l’équilibre entre auxiliaires et ravageurs et disperse le terrain d’action des cicadelles qui vont pomper la sève de l’herbe plutôt que celle des lavandins, il permet aussi d’équilibrer la production d’azote.

Commercialisation : Lavandin vendu à des négociants, tout le reste en vente directe via un magasin à la ferme et pour alimenter le restaurant lié aux gîtes.

CONSTRUCTION(S)

Yann a bricolé pas mal d’outils de binage adaptés à ses différentes cultures et pour travailler sur un couvert végétal en inter-rang : bineuse, modules de tonte, bineuse de précision.

Bineuse

Idée initiale : inspirée en partie de la bineuse sur parallélogrammes de l’Atelier Paysan, et d’autres modèles de bineuses vus sur internet. Faite par Gaëtan.

Choix de conception : La bineuse n’est pas guidée mais idéal pour un premier binage sur jeunes plans.

Choix constructifs :

  • Brosse autoconstruite : un tube, 2 roulements, un tube en fer et récup de doigts Kress. Les doigts sont fixés sur une douille à roulement pour un fonctionnement similaire aux doigts Kress mais plus souple. La brosse a été inclinée en position fuyante vers l’arrière pour enlever la terre qui tombait sur les plans. L’inclinaison permet un frottement à la sortie (effet de balayage) et évite ainsi que la terre tombe sur le plan.
  • Roues de jauge pour régler la profondeur du travail des dents, montées sur un triangle modifié (modifié car un seul triangle mâle).
  • Rajout de poids pour un travail sur sols durs (fonctionne aussi sur sol mou mais les dents ne rentrent pas bien en terre)

Bineuse.jpg

Détails bineuse.jpg

Modules de tonte pour bineuse PPAM

Besoin initial : Modules de tonte adaptés à la bineuse PPAM autoconstruite par Yann, pour remplacer les déflecteurs et maîtriser le couvert végétal en période de pousse (voir la bineuse PPAM en cours de R&D à l’Atelier Paysan, inspirée de la bineuse de Yann !)

Conception : autoconception, construction des cache-tondeuse et lames

Coût : moteurs hydrauliques de décimeuse à vigne 400€ + métal des caches-tondeuses (tôles pliées) + couteaux de faucheuse 10€/pièce maximum soit 40€ + diviseur de débit 250€ + flexibles 100€

> éléments de tondeuse moins chers qu’une tondeuse à l’achat (2000€ pièce).

Choix de conception :

  • Chaînes ou lames de tondeuses pas idéales car trop fragiles et se brisent trop facilement lorsqu’elles rencontrent des pierres, les lames ont donc été autoconstruites. Chaque lame est en trois parties et la troisième partie est faite de couteaux de faucheuse inclinés pour créer de l’aspiration et tondre après le passage des roues. Chaque partie est mobile ainsi le couteau puis la 2e lame se plient lorsqu’ils rencontrent une pierre.

Modules de tonte bineuse PPAM2.jpg

Modifications : Installation d’un diviseur de débit et montage des circuits en parallèle. Au début les moteurs étaient montés en série, pour un débit maximal, mais si un moteur cale l’autre aussi. De plus, si c’est le 2e moteur qui cale il se prend le retour du tracteur et le retour du 1er moteur et il crame.

Diviseur de débit.jpg

Bineuse de précision

Besoin initial : bineuse de précision guidée, pour travailler au plus proche des plans

Concept : combinaison d’un système de guidage hydraulique avec lames et herse étrille

Coût : Système hydraulique (vérin + flexibles + volant) 350€ + bineuse 1000€ soit 1500€ tout compris pour une bineuse de précision !

Bineuse de précision - vue d’ensemble.jpg

Choix constructifs :

  • Chassie : même chassie que la bineuse PPAM (chassie 80 carré)
  • Deux dents à l’avant pour travailler le sol
  • Ailes du milieu préexistantes, initialement en guidage manuel mais précision difficile sur terrain caillouteux donc installation d’un système hydraulique avec volant de guidage pour passer entre chaque plan et corriger les erreurs de direction du tracteur (1)
  • Lames interchangeables et réglables : différentes lames pour travailler plus ou moins proche des plans + réglage de l’écart à l’avant en fonction de la largeur des plans (2) + extension sur le chassie sur laquelle faire coulisser les lames (3) pour pouvoir les placer en quinconce et passer entre chaque plan sans laisser aucun espace non travaillé. Seul le bout des lames touchent le sol quand il y a beaucoup d’herbe afin d’écarter la terre du plan et limiter la tendance à andainer qu’ont les lames à ras du sol.
  • Fixation d’une herse étrille à l’arrière pour finir le travail

Particularités : pour le travail sur de gros plans (> 2 ans) le passage de la bineuse se fait sans vérin, les lames bougent toutes seules, ce qui permet à une seule personne de faire le travail (sinon deux personnes indispensables : une sur le tracteur et une sur la bineuse).

Amélioration potentielle : Yann réfléchit à un système pour pouvoir faire le guidage depuis le tracteur en installant une caméra à la place du siège. Le travail de guidage sur petits plans pourrait ainsi être fait par une seule personne.

Bineuse de précision - détails.jpg

POUR ALLER PLUS LOIN

  • Sur la ferme de Vauvenière :

Le site de conseil et formation en PPAM de Yann : http://ppambio-conseil.org/

Accueil et hébergement à la ferme de Vauvenières : http://www.ferme-de-vauvenieres.fr/

Le site de la ferme : http://la-ferme-bio.fr/

  • Sur la lutte raisonnée contre le dépérissement du lavandin, testé aussi sur la vigne

http://rhone-alpes.synagri.com/synagri/ ... penElement

http://rhone-alpes.synagri.com/synagri/ ... penElement

http://rhone-alpes.synagri.com/synagri/ ... penElement

http://forum.latelierpaysan.org/enherbe ... t2973.html

  • Les travaux de R&D en cours à l’atelier paysan sur la bineuse PPAM, inspirée de la bineuse conçue par Yann.
  • D’autres exemples de bineuses autoconstruites et autres outils PPAM :

Bineuse à doigts guidés

Désherbeuse à monter sur une barre porte outils

Récolteuse à lavande

Bineuses autoconstruites : ici et ici

Statistiques : Posté par Selene AP — 14 Septembre 2017, 12:51 — Réponses 0 — Vus 1