Accueil > Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Serre pour plantes en écaille de verre

Bâtis autoconstruits • Serre pour plantes en écaille de verre

INTRODUCTION

Vaches, cochons, chèvres, brebis, poules, vignes, olives, fruits et légumes… La ferme de la Bertine est un beau modèle de polyculture-élevage à petite échelle. Installés depuis une trentaine d’années, Stephen et Anne-Marie sont partis d’une ferme en ruine inexploitée depuis la seconde guerre mondiale pour mettre en place une production diversifiée adaptée à l’espace existant. Ils ont ainsi réinvesti les lieux au plus proche de l’activité d’avant-guerre et exploré un maximum de savoir-faire traditionnels pour atteindre un système quasi autonome où seuls les surplus sont destinés à la vente.

Dans leur recherche d’autonomie et d’apprentissage permanant, Anne-Marie et Stephen ont testé différentes méthodes d’autoconstruction et de bricole, réalisant un maximum de leurs équipements eux-même, au fil de leurs besoins. Leurs réalisations s’étendent ainsi des simples outils de cuisine à de plus grosses réalisations : serres en écailles de verre, trieur à pois chiche, décortiqueuse à épeautre, décavaillonneuse, abreuvoirs, vitrine de marché, séchoir. Et l’innovation n’ayant pas de limites chaque nouveau projet laisse place à de nouvelles techniques, comme l’illustrent les trois hangars autocontruits : le 1er en charpente métallique, les deux autres en bois et tuiles et, dernier chantier en route, un 3e hangar en briques alvéolaires et plancher en billes d’argile.

Voici un petit aperçu de ce foisonnement de bonnes idées pour faire le plein d’inspiration…

CONTEXTE [plus info ici]

Nature de l’exploitation et des surfaces

  • 60aine ha, majoritairement en location verbale, 12aine ha labourables en propriété, le reste est constitué de petits morceaux de collines qui avaient été abandonnés et ont été remis en culture par Stephen. Celui-ci a également aménagé des espaces tampons (haies, chemins, etc.) sur 12 ha. Sur chaque lopin remis en culture Stephen a pris le temps de faire des observations pour y mettre les cultures les plus adaptées en fonction de l’ensoleillement, des courbes de terrain, etc. La production est certifiée bio chez Nature & Progrès.
  • Très peu d’intrants extérieurs, utilisation du fumier et broyat composté (issu de l’entretien des haies), le broyat est également utilisé pour la chaudière (en autonomie)
  • Gestion des troupeaux : autonomie alimentaire des bêtes, seuls intrants extérieurs : gros sel, argile verte et huiles essentielles
  • Réflexion sur la production d’énergie pour passer à l’énergie renouvelable mais pas encore trouvé de solution qui leur convient : éoliennes pas adaptées au lieu et pas convaincus par le photovoltaïque
  • Production très variée : fromages de chèvre, brebis, vache, jus de fruit, vin, huile d’olive, charcuterie + atelier de transformation et traiteur bio mis en place par leur fille depuis peu.
  • Répartition du travail : Anne-Marie, Stephen et Lionel un employé à l’année s’occupe de gérer la ferme + Camille et Olivier qui ont démarré une activité de traiteur bio avec les produits de la ferme.

Intro_Bâti.jpg

1 Serres en écaille de verre :

Petite_serre_écailles.jpg

Coût :

Récupération des vitres chez un vitrier à coût zéro

Tous les éléments métalliques sont aussi de la récupération (cadres des fenêtres dans une ancienne mine et vieux piquets de vigne), coût zéro.

Acheté seulement les éléments de quincaillerie.

Besoin initial : Une serre pour les plantes

Conception : Autoconception totale

Superficie : Environ 14 m² (5,5 m x 2,5 m)

Choix de conception :

Pour construire leur première serre en écaille de verre, Stephane et Anne-Marie ont repris les principes vernaculaires de la verrière traditionnelle.

Ce type de construction trouve sa première application dans l’architecture du 19ème siècle. En principe construites en fonte, puis en ferre forgé, ces constructions sont réalisé pour obtenir le maximum de chaleur et luminosité avec le minimum de matière.

Choix constructifs :

En se basant sur les techniques traditionnelles.

  • La serre est adossée contre un mur de soutenement en pierre qui emmagasine la chaleur pendant la journée (la pierre est un matériau qui as une inertie assez importante). Ce mur évacue progressivement (pendant la nuit) la chaleur emmagasinée (déphasage), ce qui contribue à limiter au minimum les variations de température dans la serre (même à -20°C, l’intérieur de la serre ne gèle pas)
  • Soubassement en pierre avec enduit d’environ 60 cm (qui contribue au déphasage)
  • Structure métallique (distance entre les montants d’environ 30 cm)
  • Ecailles de verre découpées au diamant (environ 15 cm x 30 cm )
  • Les vitres sont mises en place et bloqué par des crochets plats a double torsion (nom sur le marché : cavalier(s) pour serre).
  • L’étanchéité sur le joint entre la vitre et la structure est garantie par du silicone.

Particularités : pour faire baisser les températures dans la serre, Stephen et Anne-Marie ont monté une bâche opaque qui bloque en partie les rayons du soleil et permet d’avoir une température optimale pour leurs plantes.

Pour les serres en verre existe une autre technique pour tamiser les rayons, qui consiste a blanchir les verres. Une craie naturel qui s’appelle blanc d’Espagne (ou blanc de Meudon) qui, mélangée à l’eau, crée une mixture opaque avec laquelle recouvrir les vitres.

serre_écailles.jpg

2 Abri pour le tracteur et stockage

3 Hangar agricole en bois et poteaux téléphoniques

4 Hangar agricole en grumes de bois

5 Hangar agricole en brique pour le stockage et parc outils (version plus grande d’une serre en écaille de verre, sur la même ferme)

POUR ALLER PLUS LOIN

Autres serres à plants

Des serres plus grandes pour cultures :

post4500.html ?hilit=serre#p4500

post4290.html ?hilit=serres#p4290

R&D serres mobiles

Ces travaux de recensement bÈnÈficient du soutien financier de líEurope et du RÈseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le DÈveloppement Rural coordonnÈe par líAtelier Paysan sur "Líinnovation par les Usages, un moteur pour líagroÈcologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, líInterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Selene AP — 18 Septembre 2017, 15:06 — Réponses 0 — Vus 4