Home> Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Paysan boulanger, roue à auget et autoconstruction

Bâtis autoconstruits • Paysan boulanger, roue à auget et autoconstruction

Sur la ferme la Magère...

Dans la classification des autoconstructeurs, il y a ceux qui équilibrent les interventions extérieures et le « do it your self », et il y a qui ceux feront tout, de A à Z, en visant l’autonomie la plus complète possible et en considérant que « faire, c’est se faire en même temps »... David fait vraisemblablement parti de la deuxième bande !

C’est simple : en 2007 David et sa famille arrivent sur ce terrain nu pour installer une activité d’élevage de chevaux (pur-sang arabe) et construire leur maison. Deux ans plus tard, tout est réalisé, la maison en fuste et l’écurie attenante pouvant héberger une vingtaine de canassons. Mais pour éclairer tout ça, David a édifié une vraie petite production électrique domestique, fonctionnant avec les saisons, soutenant entièrement les besoins énergétiques de la famille et donnant un charme singulier à la ferme. La solution ? 24 m² de panneaux photovoltaïques auto-installés (excepté le branchement qui doit être aux normes), et une rétention d’eau qui, du printemps jusqu’à la fin de l’été, s’écoule dans le canal et fait tourner, non pas une, mais deux roues à auget !

Et puisque l’énergie ne manque pas et que les terres s’y prêtes, David se lance dans une production de céréale et trouve sa voie en tant que paysan boulanger. Bien entendu, toute la boulangerie est faite maison, dont le moulin Astrié autoconstruit, le four à pain, et l’installation de serpentin pour chauffer l’eau chaude domestique. Mais le plaisir de construire ne s’arrête pas si tôt : un grand hangar agricole a été ajouté à tout cela pour loger les silos à grain, le matériel, quelques chevaux... On se le demande : quelle va être la suite ?

L’article tente d’approcher de toutes les petites réalisations de David, mais aussi de témoigner des trucs et astuces qu’il a trouvés pour édifier ce ravissant petit microcosme. Vous vous rendrez compte que ce n’est pas en quelques lignes que l’on peut décrire toutes ses trouvailles.

panoramique dessous l’étang.jpg

•Historique :

oContexte : un terrain bien exposé, idéal pour l’élevage de chevaux, une source coule en surplomb et alimente le bassin creusé par David.

oNature de l’activité : éleveur de chevaux sur 13 à 14 ha de pâture, et paysan boulanger en produisant 4 ha de blé et 2 ha d’avoine. Environ 70 kg par fournées de pain, deux fois par semaine, pour fournir 4 amap, soit plus ou moins 280 pains par semaine. Le bois nécessaire pour la boulangerie est fourni par l’affouage, et la farine est issue du moulin Astrié fait maison par David.

oBesoin initial : installation de deux activités (chevaux et paysan boulanger) et de la maison d’habitation familiale.

oClef de détermination : autonomie la plus complète (nourriture et énergie) et autoconstruction totale.

oPC : un permis de construire a été déposé pour les bâtiments (écurie / maison et hangar agricole)

ferme.jpg

•Les deux roues à Auget, le bassin et la source :

oPrincipe : David a découvert une source naturelle (eau potable qui remplit les verres des assoiffés) qui coule en haut du terrain. Il a alors creusé un grand bassin de rétention d’eau qui se rempli pendant l’hiver et le printemps. Le bassin déverse son eau sur les deux roues à auget via un petit canal enterré sur le principe du vase communicant. Alors, la première roue à auget se met en branle, faisant figure d’emblème et l’eau est amenée jusque-là par un petit aqueduc en zinc.

Ainsi la roue tourne, l’eau qui l’a entraîné s’accumule à son tour dans la fosse sou la roue, et au fur et à mesure, se déverse à son tour vers la deuxième roue à auget (d’une dimension moindre). Celle-ci est enterrée à quelques mètres devant, l’eau est acheminée par une canalisation, fait tournée la roue, et finit par s’infiltrer dans un terrain pâturé par les chevaux.

compos roue a auget.jpg

oCoût global : les seuls frais engagés sur cette autoconstruction sont les coûts de cintrage du ferrailleur (cf : jante et aubes) et une dynamo génératrice de 800W, achetée neuve, initialement destinée pour les éoliennes (environ 500€)

oChoix constructifs de la première roue :

−Moyeux et rayons : les rayons sont faits en étirés d’acier, soudé à la jante d’un côté, au moyeux de l’autre ; moyeux de récup’ sur une vieille remorque auto chargeuse.

−Pliage des aubes : par un ferrailleur

−Jante : cintrée à partir de U métalliques chez un ferrailleurs

−Aubes : pliées par un ferrailleur

−Dynamo et démultiplication : le système de démultiplication permet de faire faire 32 tours à la dynamo quand la roue n’en fait qu’un seul (engrenages : 4 x 4 x 2 = 32)

−Vanne de l’aqueduc : récup’

compos deuxième roue.jpg

oPerformance : la poussée de l’eau permet à la roue de faire 7 tours minutes environs, soit 224 tours de dynamo.

oBonus : la roue étant accolée à la maison, elle-même mitoyenne de l’écurie, un chenaux récupère les eaux de pluie et les rejette sur la roue ! que d’optimisation.

oInstallation électrique : la suite n’a pas de surprise : 4 batteries de 6V / 750A et un onduleur communs à l’installation des panneaux solaires.

principe des roue.jpg

•Le fournil, la meunerie et la maison :

oErgonomie / fonctionnalité : La boulangerie se situe en dessous de la maison en fuste. Dans la boulangerie se trouve un wagon de carrière qui fait office de réserve de bois, dont les bûches peuvent être jetées directement depuis l’atelier sciage et fendeuse (par un conduit en béton). Se trouve aussi le moulin type « Astrié » autoconstruit. L’approvisionnement du grain se fait par la porte de la boulangerie. Enfin, le four à pain est dans le même espace. Donc : tous les éléments nécessaires sont réunis dans cette pièces, facilement alimentés en matière première (bois, grain, farine). Tout est ergonomiquement à portée de main et chaque élément a son espace propre qui permet une utilisation fonctionnelle.

compos fournil.jpg

oInertie du four : Deux fois par semaine, le four est chaud tout le long de la matinée. Etant juste en dessous de la maison, le four chauffe instantanément le sol de la maison (ce qui est salvateur en hivers, un peu contraignant en été). De surcroît, David a fait le cendrier du four à l’entrée (côté intérieur) du four, sous une cheminée qui évacue les particules brulées volantes. Installé au-dessus de la cheminée, un échangeur eau / air permet de chauffer un serpentin qui alimente la maison en eau chaude.

D’une pierre trois coup : le four cuit, réchauffe la maison, et fourni l’eau chaude pour remplir les ballons.

oChoix constructifs du four :

−coffrage sable permettant de faire la forme adéquate

−brique et béton ferraillé

−Bonus ergonomique : l’importance du positionnement du cendrier

perspective éventrée.jpg

•L’installation solaire :

oAuto-installation solaire : Le réseau électrique généré par les panneaux solaire a aussi été installé par David. Cela représente un moindre coût pour pas énormément de travail. En revanche, le raccordement a été fait par une entreprise pour être aux normes.

oSuperficie : 24 m² de panneaux

oChoix constructifs :

−Structure pour supporter les panneaux : métallique, inclinable en deux position (été / hiver) simplement avec des tubes emmanchés.

oCoût : 14 000 € pour 24m² de panneaux ; 1 000€ d’onduleur ; 3 000 pour 4 batterie 6V / 750A : soit 18 000€

•Le hangar, le silo à grain et l’écurie :

oAstuce de la scierie maison : Prenez une poutre en H. Fixez la à la grume que vous voulez équarrir. Faite un support à votre tronçonneuse pour le glisser dans la poutre en H (faisant office de rail). Et voilà une scierie mobile, autoconstructible, efficace pour avoir des bois carrés permettant de faire des charpentes.

trucs et astuces.jpg

oChoix constructifs de l’écurie : Tout est en bois, de la charpente jusqu’au box à cheval intérieur, sur une dalle en béton. Le bois était important pour le confort des animaux et pour l’unité constituée avec l’écurie et la maison en fuste. L’écurie a une mezzanine pour stocker le fourrage et alimenter les chevaux.

Pnoramique écurie.jpg

o Le hangar : plus rudimentaire. Fait en parpaing. Il abrite trois sous espaces : le premier est dédié au stockage paille et aux boxes des poulains ; le deuxième contient deux silos à grains autoconstruits (avoine et blé) et un atelier de triage du grain à l’étage (de sorte que le grain tombe directement dans les silos sans visses) ; et le troisième espace est un lieu de stockage.

compos hangar et silo.jpg

•Si c’était à refaire !

C’est parti !!

bassin de rétention.jpg

ALLER PLUS LOIN...

A propos de la ferme, site d’une amap

Article paru dans l’Est Républicain

Autonomie énergétique : open solar dream : une installation de production d’énergie autonome : suivi en live et en direct via ce site )

Installation de production de biogaz sur une micro ferme de jean phi

Principe de la roue à auget : le site d’une sarl qui propose des rénovations de système hydraulique : c’est une ressource considérable sur les systèmes hydrauliques (document, esquisses, fiche de calcul...)

Statistiques: Posté par jonas — 02 Novembre 2015, 15:07 — Réponses 0 — Vus 284