Accueil > Index de trouvailles paysannes > Autres • Cage de transport pour cochons

Autres • Cage de transport pour cochons

Olivier Mouton m’a accueilli au GAEC des Pâquerettes pour une visite de son déchaumeur. Il s’est vite avéré qu’Olivier et ses associés avaient sur leur ferme, une source presque intarissable de bricolages et autres autoconstructions ingénieuses ou carrément impressionnantes. D’ailleurs, le bricolage dans la famille Mouton, c’est dans le sang. Quand un de ses frère l’aide sur la ferme, les deux autres, étant chaudronniers, lui fournissent bon nombre de pièces et compétences en métallurgie. La question de l’autoconstruction ne s’est donc jamais vraiment posée, elle a toujours été innée.

Ici, vaches, cochons et poules font bon ménage. Quand les premières profitent d’une étable parfaitement ventilée lhttp://forum.latelierpaysan.org/etable-semi-auto-construite-bois-bardage-t4159.html afin de produire du lait bio, dont une partie est transformé en fromage et yaourt, les seconds sont installés confortablement dans leurs cabanes (lien de l’article), tandis que les troisièmes disposent de poulaillers mobiles. Au total, ce sont une 50ène de vaches et une dizaine de truies élevées en plain air qui composent la population de la ferme, produisant 80 à 100 porcelets par an. Afin de nourrir toute cette population, Olivier dispose de nombreuses prairies ainsi que de parcelles céréalières disséminées dans les monts du Parc du Pilat.

DSC04590.JPG

Au GAEC des Pâquerettes, on produit également des cochons en plein air. Ce qui implique une organisation un peu particulière…Afin de déplacer les cochons, il faut les faire sortir de leurs cabanes et les déplacer séparément. Pour cela, Olivier a trouvé la parade : Il utilise cette vielle cage de parage pour bovins sur lequel il a monté un triangle d’attelage pour un transport aisé. Simple, mais il fallait y penser !

Capture_transport_cochons.JPG

Le principe est simple : Olivier installe la cage devant la cabane à cochons quelques jours avant le transport en prenant soin de laisser les deux extrémités de la cage ouverte. Les cochons peuvent donc sortir de la cabane librement, en passant au travers de la cage et s’habituent à la présence de celle-ci. Le jour venu, Olivier referme la trappe de sortie et n’a plus qu’à attendre que le cochon veuille sortir…pour fermer l’entrée...et capturer le cochon.

Coût : une vielle cage de parage, un peu de vielle ferraille

Défauts : Il faut être vif pour refermer la seconde ouverture afin que les cochons ne s’échappent pas…

Avantage : les cochons ont de la place.

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usage·R·E·s, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2018-2021).

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par QuentinAP — 05 Avril 2019, 10:51 — Réponses 0 — Vus 1