Accueil > Index de trouvailles paysannes > Viticulture • Réhabilitation d’un semoir de 1920

Viticulture • Réhabilitation d’un semoir de 1920

Sylvain est installé avec son frère à Ruch avec 45 ha en vignes. Il est en ce moment en passage en bio, et en sortie forcée de la coopérative qui est opposée à ce mode de production. À cette occasion il monte une structure pour faire cave commune avec un domaine voisin. Il voit dans l’autoconstruction une opportunité qui, dans la continuité du passage en bio, incite à s’adapter de manière très spécifique à son terroir.

salon.jpg

Sylvain a décidé de se lancer dans les engrais verts après avoir fait des tests concluants, mais si deux tiers de son domaine est planté en vignes larges (2,50m ou plus), un bon tiers est en vigne étroite dans lesquelles seul du matériel spécialisé vendu à prix d’or peut passer.

Il a su trouver un ancien semoir à traction animale datant du début du siècle dernier chez un ami. Ce semoir servait pour le maïs jusqu’à il y a 20 ans, mais prenait la rouille depuis dans un hangar. Sylvain a pu rendre service en le débarrassant de ce "tas de ferraille" qui fonctionne encore parfaitement après une bonne séance de dégrippage.

ensemble.jpg

Adaptation

L’adaptation de ce semoir concerne l’attelage et le rappui. L’attelage de base était adapté à la traction animale, il a fallu ajouter comme visible sur la photo ci dessus un attelage trois points classique. Pour le rappui, une simple chaine a été installée pour passer derrière les coutres. Cette chaine est lourde et permet de refermer efficacement les sillons ouverts.

chaine.jpg

Un cheval ne tasse pas le sol, mais un tracteur si ! Dans la logique de son adaptation pour l’attelage tracteur, il a installé des dents de vibroculteur dans l’axe des roues, pour décompacter.

dents.jpg

L’avantage de ce semoir est que son coût est négligeable, alors que la contrainte d’avoir un semoir de moins de 1m50 de large est forte. Mais son utilisation n’est pas des plus faciles.

Utilisation

L’idéal selon Sylvain serait d’avoir un semoir pour semis direct, mais ce semoir à coutre ne peut fonctionner que sur une terre bien propre. L’itinéraire nécessite théoriquement 4 passages : Covercrop, Herse, Semoir et Cultipacker. Cette année, Sylvain n’a pas pu faire de roulage sur ses semis, et la levée a été très bonne quand même.

Le semoir a permis de semer de manière très satisfaisante un mélange de 5 espèces (3 légumineuses, 2 graminées et une crucifère)

Toutes les pièces en ferraille sont d’origines, y compris le mécanisme d’entrainement avec la chaine, ect... Pour du matériel qui a bientôt 100 ans !

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Robin AP — 04 Octobre 2016, 17:40 — Réponses 0 — Vus 9