Accueil > Index de trouvailles paysannes > Viticulture • Cultivateur, semoir et sous-soleuse

Viticulture • Cultivateur, semoir et sous-soleuse

Métallurgiste-vigneron installé à Vernantois (39), Didier Mathieu a su combiner ses deux activités pour autoconstruire de beaux outils : un cultivateur, un semoir et une sous-soleuse, tout cela à moindre frais en récupérant du métal à l’usine !

Photo de famille des trois outils.JPG

CONTEXTE

Historique :

C’est en 1998 que Didier se lance dans la viticulture avec 6,5 are de vignes, produisant ± 200 L de vin, en parallèle à son boulot de métallurgiste. Petit à petit il se forme sur le terrain et acquière des parcelles jusqu’à ce qu’il décide, il y a peu, de quitter l’usine pour se concentrer sur ses vignes. Il est ainsi à temps plein dans les vignes depuis janvier 2017.

Didier a aujourd’hui 4 ha de vignes en production et 1,5 ha tout juste planté. Il a longtemps fait la vinification lui-même mais ces dernières années, suite à des difficultés pour obtenir l’agrément (AOC côte du Jura) et des soucis liés au stockage en tonneaux, il a préféré livrer son raisin à des caves coopératives, celles-ci assurant du même coup la commercialisation du vin.

Nature de l’exploitation et des surfaces :

  • Culture de cépages savagnin, chardonnay et pinot
  • Beaucoup de jeunes vignes (2 ha plantés récemment à 160 et 90) – tracteur 1,05 m donc 160 idéal
  • Vendanges manuelles : 35 à 45 hl/ha et jusqu’à 60 hl/ha les belles années.

Commercialisation : cave coopérative

CONSTRUCTIONS

L’autoconstruction de ses outils s’est imposé à Didier pour plusieurs raisons : matériel autoconstruit plus adapté à son travail, plaisir de bricoler et de bonnes opportunités à l’usine de métallurgie où il travaillait. Pour l’ensemble de ses outils, il a eu la chance de pouvoir accéder au matériel et matériaux de l’usine, il a donc pu s’équiper avec du bon matos à moindre frais !

Cultivateur Modèle Clemens autoconstruit et adapté pour qu’il puisse s’écarter jusqu’à 97 cm de large.

Coût : Autoconstruction à très faible coût : chassie fait avec des matériaux récupérer à l’usine - A l’achat neuf 3000€ !

Choix constructifs :

  • Rouleau de vibroplanche coupé et ressoudé pour l’adapter à la largeur du cultivateur
  • Chassie autoconstruit

Défaut constructif : le rouleau se remplit de terre car sa hauteur est difficilement réglable et il n’est pas assez lourd.

Cultivateur.jpg

Semoir Coût : récup de métal à l’usine pour le chassie + 7€/dents d’andaineur + 1000€ pour la trémie + dents de vibroplanche

Choix constructifs : Plans dans la tête

  • construction d’un chassie type vibroplanche sur lequel ont été installées 9 dents de vibro en 10/12 cm + socs
  • socs fixés sur les dents démontables pour pouvoir les remplacer par autre chose et en faire un outil polyvalent, utilisé à la fois pour semer et pour travailler le sol
  • dents d’andaineur à l’arrière
  • achat de la trémie et des tuyaux

Semoir.jpg

Détails du semoir - socs, dents et rouleau.JPG

Défaut constructif : rouleau idéal pour semer mais pas pour le travail du sol

Modifications : découpe des socs, au début socs droits mais les cailloux se bloquaient dedans donc Dider les a redécoupés

Modification des socs.jpg

Sous-soleuse Pour assainir les sols, entièrement autoconstruite à l’usine (zéro frais !)

Sous-soleuse.jpg

Et une autre astuce pour la route : Monte-et-baisse à relevage hydraulique installés de chaque côté du tracteur, permettant le travail d’un outil intercep entre les roues. L’outil intercep est fixé au monte-et-baisse avec une équerre. Ce système permet de travailler avec autre chose derrière le tracteur, un outil pour dé-butter la vigne par exemple, et sans devoir regarder derrière, l’intercep étant fixé sur le côté.

Monte-et-baisse à relevage hydraulique et outil intercep.jpg

POUR ALLER PLUS LOIN

D’autres exemples d’outils autoconstruits en viticulture :

  • Article et plans d’un intercep réalisé par Stéphane Saurel, vigneron, agronome et informaticien

Les travaux de R&D en cours à l’Atelier Paysan :

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Camille AP — 19 Juillet 2017, 13:13 — Réponses 0 — Vus 2