Accueil > Index de trouvailles paysannes > Viticulture • Benne basse pour épandage et transport

Viticulture • Benne basse pour épandage et transport

Stephane bannwarth est installé en viticulture en Alsace sur 12ha. Autoconstructeur depuis toujours en voyant son père réparer et adapter les machines lui même pour ne pas avoir à dépendre de réparateurs. Ils produisent une grande gamme de vin avec de nombreux cépages, des vins natures, ou encore une gamme de vin conçus dans des jarres en terre importées de Géorgie.

Stéphane utilise du compost, du fumier et restitue les marcs sur ses terres. Il a également besoin de sortir assez souvent des pieds morts, ou des piquets pourris, ainsi que d’apporter des piquets neufs dans ses terres. Pour tous ces usages, il a construit une petite benne qui lui sert d’épandeur. Pour rendre son travail plus agréable, il l’a rendue aussi basse que possible. Mettre et enlever des objets de cette benne est donc plus simple. Et surtout, le poids est plus bas ce qui permet une plus grande sécurité dans le dévers.

vue cote.jpg

Construction

La benne est faite d’un structure très sommaire en métal sur laquelle sont fixées des planches de bois, pour une capacité de 1,5m3. Elle est adaptée pour des vignes de 1m de large. Le fond est une bande transporteuse qui servait auparavant au transport de marc, et qu’il a pu récupérer à la ferraille. La partie arrière, par laquelle tombe le compost, est un plateau monté sur un pivot, qui retient le contenu sans empêcher sa sortie progressive.

vue interieur.jpg

Bande transporteuse et essieu :

L’essieu (récupéré d’une ancienne bétonnière) est monté dans la bande transporteuse, qui tourne autour. Cela permet de gagner une bonne vingtaine de cm. Et diminue largement les risque de se renverser.

essieu.jpg

La bande est animée par un moteur hydraulique de rogneuse (marque collard) qui est lent et puissant. Stéphane a ajouté un réducteur afin de permettre un réglage plus fin par rapport à la vitesse d’avancement. Il a pu en trouver un suffisamment petit pour qu’il ne rende pas la benne plus large.

reducteur.jpg

Sortie du contenu

Le plateau est monté sur un pivot avec des L, et retenu en bas par un élastique (chambre à air sur la photo ci dessus).

Pivot plateau.jpg

Lorsque Stéphane épand du fumier, il installe une barre en travers de la sortie, qui aide à retenir la masse.

barre fumier.jpg

Pour du compost ou du marc, afin d’éviter que le contenu ne tombe pas en mottes, il installe un disque (ancien couteau de rogneuse), avec un moteur hydraulique entrainé par la prise de force. Malheureusement il n’a pas été possible de voir son montage exacte sur la machine

distributeur.jpg

Lorsque l’on se sert de la benne pour transporter des pieds de vigne, une personne seule peut charger et décharger : il suffit d’enlever la goupille qui tient l’axe du pivot, et le plateau peut être enlevé.

enlever plateau.jpg

Comme sur toutes ses machines, stephane a installé un système de déport pour corriger la trajectiore dans le rang malgré le dévers. Ici, c’est un vérin qui est placé sur la direction. Le fait de le mettre ici facilite aussi largement la sortie de rang.

deport horizontal.jpg

Utilisation

Comme déjà dit, l’intérêt de cette benne est qu’elle a de nombreux usages : épandage compost, fumier ou marcs, ramassage de cep et de piquets.

La restitution du marc se fait directement après le pressage : la benne vient sous le pressoir, le marc est déversé directement, et on va dans la vigne pour le rendre à la parcelle. Ceci évite tout stockage et gagne pas mal de place et de manutention !

Cout :

100% récup !

Représente 1 semaine de travail.

Pour aller plus loin :

Stéphane fait partie de l’association Vignes Vivantes et c’est avec ce réseau qu’il fait du compost.Le site du domaine de StéphaneReflexions autour de la construction d’un épandeur à compost sur le forumPlusieurs épandeurs à compost dans le cadre d’une utilisation maraichère

Ces travaux bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Robin AP — 13 Décembre 2016, 11:03 — Réponses 0 — Vus 3