Accueil > Index de trouvailles paysannes > Semence • Semoir double trémie destructeur de faux-semis

Semence • Semoir double trémie destructeur de faux-semis

Bonjour,

Voici une nouvelle adaptation de Joseph Pousset, paysan, chercheur et vulgarisateur dans l’Orme. Cet outil permet de détruire un faux-semis et d’implanter en même temps une céréale (blé, sarrasin) et une plante associée (trèfle incarnat).

Joseph est installé sur une exploitation en grandes cultures dans l’Orme et cultive sur 25 ha une succession de blé, avoine, sarrasin, luzerne.

En parallèle de sont atelier de production, Joseph est également chercheur et expérimentateur de nouvelles techniques agronomiques. Il a notamment publié un livre intitulé "Traité d’agroécologie" (ed. France Agricole) où il présente en détail les résultats de ses expérimentations.

Pour plus d’info sur ses pratiques, voici un petit article de Biofil sur sa vison de l’écosystème du sol.

Description :

Cette adaptation est composé de deux ensembles : une bineuse et un semoir.

  • La bineuse est en fait un vibroculteur adapté. Un fer plat a été ajouté à l’arrière du châssis sur lequel sont fixées une partie des dents qui étaient à l’avant. Cette dispersion des pièces travaillantes sur 3 rangs permet de limiter le bourrage. A la place des socs, Joseph a installé au bout des dents des petites ailettes de bineuse.
  • Le semoir est un semoir traditionnel (trémie de distribution + herse peigne) sur lequel Joseph a ajouté une seconde trémie, plus petite (80 euros). Celle-ci est reliée à la trémie principale par une chaîne de vélo, via un pignon dont la taille a été calibrée pour une vitesse de distribution optimale. Les graines issues de cette seconde trémie sont distribuées à la volées et sont mélangées à la terre par la petite herse du semoir.

Utilisation :

Cet outil est utilisé derrière les 3 à 5 passages d’un cultivateur et du passage de la sarcleuse à vivaces (cf. article ) vers la fin du mois de mai. La partie bineuse permet de détruire une ultime fois le faux semis, en limitant le brassage de la terre. En effet, brasser la terre porterait en surface de nouvelles graines d’adventices, qui germeraient à leur tour. Le semoir à double trémie permet d’implanter en même temps la céréale et la culture associée.

DSCN4063.JPG

DSCN4070.JPG

DSCN4061.JPG

DSCN4062.JPG

DSCN4068.JPG

Astuce à la récolte :

La moissonneuse-batteuse de Joseph a comme fonctionnalité de réaliser un tri des graines récoltées (les graines d’adventices sont séparées du lot de céréales). Lors de la moisson, la machine permet de séparer les grains de blé et les graines de trèfles, qui sont commercialisées séparément.

Joseph estime que pour 30 Qx de blé récolté, il obtient près de 150 Kg de semences de trèfle. Sur une parcelle, l’argent rapporté par la vente des graines de trèfle équivaux à celui apporté par la production de blé.

Une association graminée-légumineuse qui a tout son sens agronomique et qui s’avère également représenter un avantage économique !

Statistiques : Posté par Marin@AP — 16 Juillet 2015, 13:30 — Réponses 0 — Vus 398