Accueil > Index de trouvailles paysannes > Plantation • Planteuse deux rangs simultanés

Plantation • Planteuse deux rangs simultanés

Olivier Reumaux est installé sur le domaine familial avec 6ha de vignes, tout est vendu sur l’exploitation et dans des magasins Bio. Mais ce domaine a la particularité d’avoir également un important atelier de maraichage de 2ha depuis 6 ans, et 250 poules pondeuses. Trois personnes de la famille travaillent sur l’exploitation, avec 1,5 UTH supplémentaire de salariés. La vente se fait en AMAP, et dans un magasin à la ferme. Dans la famille, c’est Olivier qui gère la partie autoconstruction, il s’est lancé après avoir acheté le guide l’atelier paysan ! Une particularité du matériel sur l’exploitation est qu’il n’y a qu’un tracteur sur le domaine, qui est adapté pour la viticulture (il fait environ 600h viti, et 200h maraichage). Celà donne des contraintes particulières pour l’atelier de maraichage, avec des planches très étroites.

Lors de la première année de l’atelier de maraichage, planter les salades a pris 4h, à 3, pour 300 salades. Olivier a identifié cette tache comme trop pénible, et a décidé de la mécaniser. Le fait d’avoir des planches étroites imposées par le tracteur fait que de nombreuses cultures sont plantées uniquement sur deux lignes par planche. Celà rend l’opération faisable par une personne avec deux bras qui planterai deux rangs à la fois. Cette planteuse sert pour de nombreuses cultures, pour planter sur un ou deux rangs, à deux (un conducteur et un planteur).

parcelle.jpg

Construction

Le but est donc de regrouper autant que possible les diverses opérations qui rendent l’opération de plantation si longue : traçage, dépôt de la motte, et faire suivre les caisses.

Avec cette machine, le tracage est fait par la conduite du tracteur, la motte est déposée dans un U et glisse directement au sol, et les caisses sont posées directement sur la machine !

vue avant.jpg

vue arriere.jpg

A l’avant a été installé un rouleau. Il a pour effet de stabiliser l’outil, de casser les mottes, et de marquer l’emplacement des pieds si il est utilisé seul (en levant le troisième point hydraulique).

rouleau.jpg

Certaines cultures comme la tomate ne se plantes que sur un rang, et sont en plus grosses mottes. Dans ce cas, une dent unique est placée au centre, et va plus profond. Le travail est moins fatiguant pour l’opérateur !

grosses mottes.jpg

Des dents ont été installées afin de décompacter le passage des roues.

decompactage passage roues.jpg

Les roues à l’arrière avaient à la base comme but de refermer le sillon, mais elles ne faisaient pas le travail correctement. Elles ont été retournées, et servent maintenant d’avantage de terrage et soulagent le poids de l’outil.

Utilisation

La machine construite a trois utilisation possibles : soit on raccourci le troisième point pour ne poser que le rouleau et on trace grâce au rouleau de quoi planter 3 rangs, soit la planteuse est horizontale avec une personne assise dedans, et l’on peut monter soit deux descentes pour faire deux rangs de petites mottes, soit une seule plus grosse pour des grosses mottes.

L’opération se fait en roulant lentement : par exemple, pour les poireaux en première rampante, et pour la salade en deuxième rampante.

L’itinéraire du domaine du parvis est particulier, car ils passent d’abord la planteuse, et mettent un paillage plastique (biodégradable) ensuite par dessus les plans. Lors de cette opération une personne est installée sur la dérouleuse pour ouvrir le paillage avec le doigt à l’emplacement des plants.

Grâce à cette machine, ce sont maintenant 500 salades qui sont plantées en 45minutes, à deux. Le gain de temps est énorme ! Pour donner un autre exemple, olivier a fait le calcul que 15.000 poireaux sont plantés en 9h.

en action.jpg

Améliorations

Il faudrait monter à la fois un triangle à l’avant et un à l’arrière. L’objectif est de pouvoir installer la planteuse à l’avant, sur le relevage autoconstruit, et de pailler à l’arrière, avec une dérouleuse également autoconstruite.

Olivier aimerai aussi mettre des emplacements pour les caisses sur le côté, pour avoir plus de stockage.

Les renforts (de simples chaines à l’heure actuelle) sont à repenser, mais Olivier ne sait pas encore comment les faire.

L’emplacement des pieds pour l’opérateur n’est pas très ergonomique, si l’on reste longtemps sur la machine on a mal aux jambes. Il faudrait pouvoir tendre d’avantage les jambes.

pied.jpg

Cout

100% recup sauf triangle.

environ une 15h de travail pour le montage.

Pour aller plus loin

La dérouleuse qui marche en synergie avec cette planteuse !

En terme de planteuse, de nombreuses choses assez originales sont visibles sur le forum !

Olivier a également fabriqué son relevage avant et une herse étrille .

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Robin AP — 15 Décembre 2016, 17:31 — Réponses 0 — Vus 3