Accueil > Index de trouvailles paysannes > Entretien des cultures • Bineuse poussée à assistance caméra

Entretien des cultures • Bineuse poussée à assistance caméra

Bonjour,

Voici un exemple de bineuse à légumes mis au point par Jacques en Seine-et-Marne.

Jacques travaille au sein d’une exploitation d’une soixantaine d’hectares, dont 5 en légumes de plein champ (carotte, choux, etc) et 2 en maraîchage (dont 3800m² de serre). Les reste de la surface est cultivé en grande culture. L’intégralité des surfaces est en bio depuis 1977.

L’atelier de maraîchage est installé sur des sols fins (limono-argileux), avec très peu de cailloux, ce qui facilite les interventions de travail du sol.

Les produits sont commercialisés en circuit court (AMAP, Biocop, magasins de vente directe) mais également en gros (cas des courges notamment).

Description générale :

Cette bineuse a été mise au point à partir de ferraille en partie récupérée. Elle est poussée par un tracteur (John Deer) à faible largeur de capot, afin de permettre au conducteur de surveiller directement la position de son outil.

Elle est composée à l’avant de 4 dents de vibroculteur au bout desquels sont fixés des socs en pattes d’oie. L’alignement des dents sur une seule rangée permet de mieux contrôler la position de l’outil dans le rang.

La profondeur de travail est ajustée par des patins de tarages, installés provisoirement en attendant de pouvoir poser des roues.

Elle effectue un travail du sol superficiel, très efficace pour biner les rands de choux, carotte, poireaux. Sont efficacité est optimale lorsqu’elle est utilisée sur des adventices au stage cotylédon.

DSCN4098.JPG

DSCN4097.JPG

DSCN4094.JPG

L’assistance caméra :

Jacques a installé un système de caméra au dessus de la bineuse afin de mieux surveiller la position de l’outil. L’écran est placé au dessus du volant.

Cependant, Jacques est un peu déçu par l’utilité de cet accessoire : l’écran n’est pas assez lumineux, et en pleine journée (et au soleil), l’image est difficilement visible. La vision directe permise par la faible largeur du capot du tracteur est finalement bien plus efficace. Même si le conducteur ne voit pas les deux dents du milieu de l’outil, il peut quand même ajuster la position des dents latérales.

DSCN4096.JPG

DSCN4100.JPG

Coût approximatif :

Ferraille : 400 euros

Caméra + écran : 400 euros

60 euros par soc patte d’oie

+ triangle d’attelage

La bineuse en action :

iframe

Statistiques : Posté par Marin@AP — 02 Juillet 2015, 08:41 — Réponses 0 — Vus 380