Accueil > Index de trouvailles paysannes > Désherbage • Bineuse+Herse automotrice

Désherbage • Bineuse+Herse automotrice

Bonjour,

voici une bineuse + herse automotrice fabriquée par Emmanuel Ingrand, céréalier bio dans les Deux-Sèvres (83 ha de céréales, ainsi que de la volaille et du chanvre).

automoteur 1.jpgautomoteur 2.jpg

Matériaux : Moissonneuse batteuse Braud (450€)(présente l’avantage d’avoir le bloc moteur compact, plus facile à récupérer), cabine d’ensileuse Heston (150€), bineuse Ribouleau, herse étrille, pièces de charrue, deux palettes Doucet, vérins de la coupe de moissonneuse pour lever la bineuse, hydraulique (échangé contre moteur de moissonneuse),...

Coût : environ 3000€.

Vitesse : sans pierre 7-8 km/h. Dans de belles parcelles on peut aller jusqu’à 2ha/h. Et surtout très bon confort et efficacité (2 passages d’outils et on voit ce qu’on fait).

Jusqu’à maintenant : 300-400 heures d’utilisation.

Dans la première version, le poste de conduite était en hauteur à côté du moteur, et sans cabine, comme sur la moissonneuse d’origine (photo). Une grosse poutre allait du poste de conduite vers les roues avant (en direction mécanique), et l’outil y était accroché. Problème : étant trop haut et la bineuse assez proche, on regardait trop vers le bas, ce qui rendait la conduite difficile voire impossible.

MoissonneuseBraud.jpg

Le poste de conduite a donc été rabaissé et installé dans une cabine. Sans cabine, le binage par temps sec serait impossible car remonterait trop de poussières sur le conducteur. De plus, la cabine permet plus de confort, notamment avec l’installation d’une climatisation. Un écran dans la cabine permet de visualiser le travail de la herse via une caméra.

La direction est passée en hydraulique, d’abord avec un vérin, puis avec deux parce qu’un seul n’avait pas assez de puissance.

Bloc moteur :

Le moteur entraine une pompe à débit variable (= à barillets), qui alimente un moteur hydraulique, qui entraine la boîte de vitesse (système sur les moissonneuses actuelles). La pompe à barillets ne créant pas d’aspiration lors de son fonctionnement, il faut rajouter une pompe de gavage pour s’assurer qu’il y ait toujours assez d’huile dans le circuit.

Le débit de la pompe, et donc la vitesse de la bineuse, se contrôle par un levier. Tous les contrôles se font par des boutons sur le levier. Deux boutons pour lever/baisser, et une commande d’électrovanne pour choisir entre les relevages avant et arrière.

La poulie de la boîte de vitesse a été refaite plus grande pour que le moteur ait besoin de tourner moins vite.

Avantage d’avoir un contrôle très précis de la vitesse et dans les 2 sens de marche. Mais présente l’inconvénient d’avoir un rendement d’environ 50% (ici on a un moteur de 100 chvx).

La boîte de vitesse sert beaucoup moins mais ses 3 vitesses sont toujours utilisables par un levier dans la cabine (voir transmission du boitier de vitesse sur les photos).

Automoteur_BlocMoteur1.jpg

Automoteur_BlocMoteur2.jpgAutomoteur_BlocMoteur3.jpg

Automoteur_BoiteVitesse.jpg

Une rogneuse à vignes peut se monter devant la bineuse, pour couper tout ce qui dépasse (ex : folle avoine au milieu du blé). Cette solution présente l’avantage d’être économique : une écimeuse coutant 1500€ le mètre et la rogneuse complète 500€. Par contre, s’il y a trop de folle avoine, les moteurs peuvent caler. Idéalement, il faudrait enlever les graines pour que la plante s’assèche et ne reparte pas, parce qu’en coupant la plante, elle garde assez de force pour repartir, voire faire 2 tiges.

RogneuseVignes1.jpg

RogneuseVignes2.jpg

Difficultés techniques dans la construction :

Le train avant a été récupéré de l’arrière de la moissonneuse Braud (dont les roues sont directrices). Mais le montage mécanique des trains de direction avant et arrière est différent. Une liaison mécanique (bielle+barre : en rouge sur le schéma) entre les deux roues permet qu’en imposant un angle de braquage à une des deux roues, l’autre tourne de l’angle nécessaire pour ne pas déraper.

CinematiqueDirection.gif

Or cette liaison entre les deux roues est toujours dirigé vers le centre du véhicule sur la moissonneuse, donc en montant le train arrière à l’avant sans le retourner, la direction ne fonctionne pas : on aura un angle de braquage extérieur plus important que l’intérieur (b > a sur le schéma) et donc dérapage.

Le train a donc été retourné (bielles+barre vers le centre de véhicule), et les bielles ont du être modifiées telles que leur prolongement se croise au milieu du train arrière : condition cinématique pour éviter le dérapage.

Plus d’infos : http://philippe.boursin.perso.sfr.fr/pdgdirec.htm à la partie « Géométrie (en virage) ».

Automoteur_Direction.jpg

Modifications à apporter : le peindre. Emmanuel estime que l’outil est finalisé.

Le transport de la bineuse se fait par porte charge, pour ne pas rouler sur la route avec.

L’outil peut aussi s’atteler tel une remorque. On shunte l’hydraulique de direction pour la rendre libre, et via une rotule la bineuse s’attèle à l’arrière du tracteur. Mais Emmanuel privilégie plutôt le porte charge.

Photos :

Automoteur_herse.jpgAutomoteur_CabineInté.jpgAutomoteur_cabine.jpgAutomoteur_Bineuse3.jpgAutomoteur_Bineuse2.jpgAutomoteur_Bineuse.jpgAutomoteur_Avant.jpgAutomoteur_AttelageHerse.jpg

Statistiques : Posté par Grégoire AP — 28 Janvier 2014, 10:46 — Réponses 0 — Vus 1357