Home> Index de trouvailles paysannes > Castaneiculture • Une ébogeuse-calibreuse autoconstruite

Castaneiculture • Une ébogeuse-calibreuse autoconstruite

Bonjour,

Voici un outil d’assistance à la récolte des châtaignes mis en place par Arnaud et Daniel en Ardèche provençale.

Daniel et Arnaud sont installés sur les contreforts du plateau ardéchois en polyculture (pomme de terre, céréales, châtaignes) et poly-élevage (bovins et ovins à l’herbe, projet de chevaux de traits). Ils travaillent sous l’appellation AB sur une quarantaine d’hectares dont 90 % sont des pâturages.

Arnaud et Daniel ont fait le choix d’utiliser des filets pour récolter les châtaignes. Ceux-ci sont étendus entre les arbres et réceptionnent les bogues mûres. Lors du relevage, les filets contiennent des châtaignes, des bogues pleines, mais aussi des bogues vides et beaucoup de feuilles. Il s’agit alors d’en extraire les châtaignes. Ce tri ce fait le plus souvent à la main, mais Arnaud et Daniel ont tenté de mécaniser cette étape de la récolte. Les châtaignerais étant localisées sur des pentes importantes, la mécanisation de cette intervention nécessitait un outil léger et facilement transportable le long des chemins carrossables.

Pour plus d’info sur la conduite de chataîgneraies en AB, visitez cette fiche technique mise au point par le GRAB d’Auvergne.

Trieuse à bogues.jpg

Cet outil d’assistance à la récolte est accroché à l’arrière du tracteur (type remorque).

Cet outil fonctionne à partir d’une soufflerie située à l’avant de l’outil et animée par la prise de force du tracteur. Elle alimente deux circuits de ventilation parallèles : dans un premier temps elle permet de séparer les feuilles et les bogues vides des châtaignes et des bogues pleines (étape 1). Dans un second temps, elle permet d’évacuer les bogues pleines et les châtaignes en réalisant par la même occasion un ébogage et un pré-calibrage (étapes 2 à 4).

Numérisation_20150610.jpg

Étape 1 : Évacuation des bogues vides et des feuilles

Une fois relevés, les filets sont rassemblés autour de la machine. Un premier tri manuel permet de retirer la partie la plus superficielle de leur contenant, composée essentiellement de feuilles. Une fois ce premier tri effectué, le contenu du filet est déversé dans le caisson en bois situé à l’avant de l’outil.

Une fois ce caisson plein, l’utilisateur met en route la soufflerie et actionne la commande de relevage du caisson. Il dirige le tuyau de la soufflerie afin de maintenir en suspension les éléments légers (feuilles et bogues vides), tandis que les éléments lourds (châtaignes et bogues pleines) glissent en bas du caisson.

La grille de rétention à l’extrémité du caisson accumule progressivement les éléments légers qui sont ensuite évacués sur la parcelle en fin de tri.

Numérisation_20150610 (2).jpg

Étape 2 : Évacuation des éléments lourds

Lors du relevage du caisson, les éléments lourds glissent dans un entonnoir et sont évacués au sein d’un tuyau en PVC sous l’action de l’air envoyé par la soufflerie.

Numérisation_20150610 (3).jpg

Étape 3 : Ébogage par entrechoquement

Lors de ce transport dans le tuyau qui présente des coudes et des aspérités, les bogues pleines s’entrechoquent violemment et s’ouvrent.

Étape 4 : Pré-calibrage des châtaignes

Le tuyau d’évacuation abouti enfin à plusieurs sorties agencées de manière à séparer par gravité les différents éléments circulant dans le tuyau : les éléments plus lourds (grosses châtaignes) tomberont dans la première sortie, tandis que les éléments plus légers (bogues vides, résidus de feuilles) tomberont dans la dernière sortie. Quatre caisses sont ainsi disposées sous chacune des quatre sorties afin de récupérer la récolte ainsi pré-calibrée.

Remarques sur cet outil :

  • Cet outil mis en place par Arnaud et Daniel est encore à l’état de prototype, il s’agit encore de calibrer la puissance de la soufflerie et l’agencement des sorties afin de maximiser l’ébogage et d’optimiser le pré-calibrage des châtaignes.
  • Il représente un gain de productivité important par rapport à un ramassage et à un tri manuel (cf. fiche technique du GRAB d’Auvergne)
  • Il a l’avantage de pouvoir être installé au sein des châtaignerais et ainsi d’éviter de devoir trop déplacer les filets collecteurs.
  • Il présente l’inconvénient de nécessiter deux utilisateurs : pour le chargement du caisson et pour le guidage de la soufflerie.

Composition et coût :

Cette ébogueuse-calibreuse est essentiellement composée de matériaux de récupération, dont le coût est difficilement estimable :

  • Un vieux châssis de remorque
  • Une soufflerie centrifuge récupérée (400 euros)
  • Un vérin double effet + commande manuelle + flexibles hydrauliques (300 euros)
  • Un réseau de tuyau en PVC (4 m env.)
  • Un réseau de tuyau souple (2 m env.)
  • Planches de bois pour confectionner le caisson + grille de chantier

Pour un total estimé autour de 1000 euros.

Quelques photos complémentaires :

DSCN5074.JPG

DSCN5076.JPG

DSCN5078.JPG

Statistiques: Posté par Marin@AP — 10 Juin 2015, 17:27 — Réponses 0 — Vus 453