Accueil > Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Stockages à grains et meunerie en panneaux de bois

Bâtis autoconstruits • Stockages à grains et meunerie en panneaux de bois

Sur la ferme de La Gauloise :

En 2005, Benoît reprend la ferme de son père en grandes cultures, déjà en bio depuis 1996 sur 150ha. Il s’associe 2008, avec Valentin pour ouvrir les activités de la ferme (ajout de plus de transformation, avec la partie meunerie, la pâtisserie, l’huile, etc). Sans avoir une activité de boulangerie, ils réalisent l’intégralité de la chaîne de production, du grain à la farine, en passant par l’utilisation de semences et variétés anciennes de céréales. Le travail avec un boulanger du village leur permet par ailleurs de boucler la boucle !

Il commencent donc cette reprise de l’exploitation en réaménageant complètement leur espace de travail : en occupant la vaste surface offerte par un grand hangar de 2500 m², ils décident d’y installer l’ensemble de la chaîne de tri-stockage-transformation du grain, en concevant et réalisant eux-même les lieux. En réalisant l’ensemble des travaux avec un seul matériau et un seul système constructif (des panneaux de bois-contrecollé), ils construisent rapidement leur outil de travail. Ajoutant à cela une bonne organisation des étapes de travail, structurées par le principe de la « marche en avant », ils mettent en place un lieu fonctionnel, ergonomique et efficace. La preuve : après ces quelques années d’utilisation, ces 2500m² d’installation fonctionnenet toujours à 2-3 personnes !

Vue générale.jpg

Historique

Nature de l’exploitation et surfaces :

150ha en grandes cultures : culture de céréales, légumineuses, oléagineux, graminées fourragères…

Production de farine, d’huiles, de légumineuses.

3 personnes travaillent actuellement sur la ferme (Benoît, Valentin et Emmanuelle), avec la participation ponctuelle des parents de Benoît.

Commercialisation :

Marchés, magasins de producteurs, biocoops, et travail avec un boulanger du village pour la farine.

Conception :

Accompagnée par un bureau d’études pour la construction bois et le dimensionnement, ainsi que de l’entreprise fabricante des panneaux de bois.

vue extérieur hangar.jpg

Construction :

Coût :

Prix des cellules en bois = 86 000 €

Plus précisément :

  • Cellules à 7 côtés (8 au total) = 7000 € / cellule
  • Grand bloc de 8 cellules = 30 000 €

Superficie :

Hangar de 2500m², dans lequel dans lequel prend place toute l’installation de tri-stockage-meunerie.

Accolé à celui-ci, un autre hangar de 2500 m² sert aux machines et outils agricoles.

Enfin, un dernier hangar de 500m² sert de stockage à plat en extérieur, de l’autre côté de la cour.

Choix de conception :

  • Principe de « la boîte dans a boîte » : le grand hangar à charpente métallique offre une surface tellement importante (20 mètres de portée) que toute l’installation peut s’agencer librement dessous. La construction en est aussi extrêment simplifiée. A l’exception du toit qui a subi une réhausse au niveau du tri, pour installer l’élévateur à godets dans toute sa hauteur, le hangar n’a pas été modifié.
  • Tous les éléments de cette installation sont réalisés en panneaux de bois contrecollé : simples à assembler, bonne tenue structurelle dans le temps, autoportants (pas besoin de s’accrocher à la structure existante, ni de bâtir une nouvelle structure en dessous).
  • Partie tri / stockage sur la première moitié du hangar, avec la fosse à grain, et cellules sur les côtés du bâtiment + partie meunerie au fond du hangar, dans un petit bâtiment séparé.
  • Elévateur à godets + transporteur à chaîne (partiellement autoconstruit) pour passer le grain du tri aux cellules de stockage + passerelles et escaliers d’accès accrochés directement sur les cellules
  • Important de laisser un passage de 10m au centre du hangar, pour manœuvrer avec les engins et machines.

Axo organisation_bis.jpg

Choix constructifs :

Système constructif très simple ! Tout est réalisé en panneaux de bois contrecollés (ou « tripli », ou de la marque « KLH », dans tous les cas il s’agit d’un produit industriel), qui sont tous autoportants. Cela revient à construire un peu de la même façon que pour le béton-armé, mais avec du bois : c’est une architecture de murs, ou de système poteaux-poutres. Les panneaux sont autoportants et rides peuvent s’ajouter voir se substituer aux poteaux-poutres en lamellé-collé, et tous les éléments sont vissés entre eux. La structure en est extrêmement simplifiée, et ne nécessite aucun élément structurel supplémentaire.

Au total, 3 épaisseurs de panneaux : 120, 94 et 60mm.

Vue hangar_bis.jpg

Benoît et Valentin déclinent ce système de différentes façon, selon chaque élément :

  • Cellules de 80 tonnes, à 7 côtés : panneaux extérieurs 120mm + « couvercle » en panneaux 94mm sur une petite charpente en chevrons 10x15cm (ouverture de 30cm pour entrer le grain) + fond incliné en panneaux 120mm, eux aussi sur chevrons pour avoir la forme de pente.
  • Grand bloc de cellules 12 et 60 tonnes : panneaux 94mm pour les murs extérieurs et fond incliné des cellules + refends latéraux + refend intérieur dans la longueur + panneaux 60mm pour le couvercle
  • Meunerie + bloc « bureau-patisserie-pressoir-vente » : murs et planchers en panneaux 94 cm + poutres lamellé-collé pour reprendre les grandes portées + panneaux 60mm en « toiture »

Pour la jonction avec le sol, les panneaux sont tous fixés régulièrement sur un socle en béton-armé (pour obtenir un niveau plat) par de grosses équerres métalliques.

construction cellule_bis.jpg

Particularités :

  • Avantages des panneaux de bois le stockage du grain : bonne isolation thermique, effet « cave » pour la conservation, très peu voir pas du tout de condensation dans la cellule + grande facilité de manipulation et montage/démontage des panneaux.
  • Formes de cellules : cellules de 80 tonnes à 7 côtés sont les premières qui ont été faites, elles ont cette forme car elle offre naturellement une bonne résistance à la déformation. Ils ont réalisé plus tard le grand bloc de 12 cellules pour gagner en compacité, avec un stockage plus efficace car moins consommateur en bois (parois mitoyennes entre les cellules).
  • Ventilation des cellules : pour les cellules de 80 tonnes, la ventilation se fait par une ouverture dans un des panneaux de paroi extérieur. Pour le grand bloc, elle se fait par le fond des cellules, avec une gaine de ventilation reliée à chacune d’entre elle (plus efficace par dessous).

Nettoyage : vide sanitaire de la cellule + soufflage pour retirer les dépôts

  • Transporteur à chaîne autoconstruit : caisson bois avec trappes au dessus des cellules + chaîne & palles soudées + moteur
  • Moulin aussi autoconstruit à la ferme (moulin à meules en pierre).
  • Petits stockages mobiles en OSB (environ une dizaine) : ces petits stockages ont été réalisés pour manipuler et stocker les semences plus librement, et aussi remplacer les big bags (qui restent fragiles). Ils sont simplement réalisés en chevrons de bois+panneaux OSB, et peuvent être manipulés avec un petit chariot-élévateur.

petit stockage OSB.jpg

Autoconstruction : totale

Calendrier :

Aménagement du hangar en 2008, à l’arrivée de Valentin.

Accompagnement d’un professionnel : aucun pour la construction, en dehors de l’accompagnement du bureau d’études (Lignatec) pour la partie conception et le calcul des structures.

Chantier :

Benoît et Valentin ont principalement réalisé l’ensemble de l’aménagement par eux-mêmes, parfois avec des renforts de proches (globalement, le chantier s’est déroulé à 2 ou 3 personnes). Ils ont aménagé un atelier bois sur une travée supplémentaire au fond du hangar, et pouvaient ainsi tout réaliser sur place à l’abri. Les panneaux étaient livrés directement dimensionnés et façonnés (sortie d’usine), et le montage a pu être effectué juste avec un télescopique/Manitou. Ensuite, tous les panneaux sont vissés entre eux aux niveau des jonctions, parfois avec des équerres métalliques ou encore avec quelques renforts de charpente (chevrons, sablières, lisses, etc).

Avantages / inconvénients dus à l’autoconstruction :

Bien que le système choisi soit assez onéreux, sa facilité de montage compense largement le coût ! Une efficacité qui leur a aussi permis de gagner du temps à la réalisation, par rapport à un système classique en bois (poteaux-poutres, ossature…), plus complexe à mettre en œuvre. Benoît et Valentin envisagent aussi un démontage-remontage assez simple si nécessaire, car réalisable avec très peu d’outils.

Passerelle + fixations.jpg

Usage :

Organes internes :

  • Fosse à grain + espace de tri (environ 70m² au sol)
  • 8 cellules de 80 tonnes, reliées au tri par le transporteur à grain + élévateur
  • Bloc de 12 cellules, indépendant du tri (environ 70m² au sol) : 4 cellules de 12 tonnes + 4 cellules de 6 tonnes
  • « Bloc d’entrée » (environ 170m², 2 niveaux de 87m²) : bureau, pressoir + transformation huile, local de vente, ancienne pâtisserie et chocolaterie (en attente).
  • Meunerie (environ 70m² au sol) : 4 petites cellules (stockage tampon) + local moulin + bluterie (notée « tamis » sur les dessins) + stockage tampon dans un entonnoir sur la hauteur + local ensachage

Fonctionnement / ergonomie du tri-stockage :

  • Le grain récolté est benné directement dans la fosse à grain, et renvoyé vers les trieurs via l’élévateur à godets et le transporteur à chaîne, ou bien avec des vis-sans-fin mobiles.
  • Des cellules-tampons en tripli, supendues au dessus des trieurs (au total, 5 trieurs différents : tamis, alvéolaire, optique, densimétrique, épierreur) permettent de s’adapter au débit inconstant des différents trieurs, en fonction des qualités variables des récoltes.
  • Le transporteur à chaîne envoie directement le grain aux cellules de 80 tonnes (pilotage sur le panneau de commande dans l’espace de tri).
  • Les big bags et petits stockages mobiles permettent d’approvisionner le grand bloc de cellules et la meunerie en grain (soit par une vis-sans-fin sur rail, soit soulevés à l’élévateur).

Espace Tri_bis.jpg

Fonctionnement / ergonomie de la meunerie :

Le grain est chargé par chariot-élévateur ou télescopique dans les cellules tampon au dessus du moulin (trappes sur la plateforme en haut), pour l’approvisionner directement par gravité lorsque nécessaire. La farine est ensuite aspirée jusqu’à la bluterie au dernier étage et, une fois tamisée et triée, est stocké temporairement dans un entonnoir en métal sur toute la hauteur de l’étage intermédiaire. Un jeu de trappes et de tuyaux aspirants permet de renvoyer le grain d’une étape à l’autre, voir dans les cellules-tampons, pour réaliser plusieurs passages si nécessaire. L’entonnoir donne directement sur le local d’ensachage, au RDC. Le son est aussi évacué directement depuis la bluterie jusqu’à un big-bag au RDC.

Cette organisation verticale de la meunerie implique quelques aller-retours en hauteur en cas de soucis, malgré les nombreuses commandes directes de trappes dans chaque pièce… mais elle présente l’avantage d’être très compacte et efficace !

Meunerie_bis.jpg

Si c’était à refaire :

Autre proposition d’agencement des cellules 80tonnes : si elles ont une grande capacité de stockage, elles ne sont pas aussi compactes et optimisées que le grand bloc de de 12 cellules. Benoît et Valentin proposaient donc de les disposer en nid d’abeille, pour solidariser leurs murs et économiser de l’espace… mais c’est une forme qui risque de complexifier le système de ventilation. Une solution hybride encore à trouver ?

Aller plus loin :

  • Pour ceux qui souhaitent un peu plus d’infos sur les panneaux en bois-massif-contrecollés, voici un document général de la marque KLH (très peu de fabricants en Europe, encore moins en France)

Cahiers techniques de l’ITAB sur les Grandes Cultures :

Pour les outils, en cours de prototypage à l’Atelier Paysan :

Sur le même sujet :

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Lucas AP — 13 Décembre 2016, 20:15 — Réponses 0 — Vus 1