Accueil > Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Serres Mobiles : retours d’expériences...

Bâtis autoconstruits • Serres Mobiles : retours d’expériences...

Au potager de Marie-Line...

Sur le Potager de Marie-Line, deux personnes travaillent à l’année et gagnent leur vie sur une surface totale de 4 000m² dont 2 200m² sont cultivés... Installés depuis 2010, Nicolas et Marie-Line ont mis en place de manière exemplaire un modèle de plus en plus fréquent en France : le jardin maraîcher, en culture intensive, sur petite surface.

Pour ce faire, la stratégie agronomique consiste à maximiser la surface cultivée, à intervenir le moins possible sur le sol par les cultures en planches permanentes haussées de 15 cm, à minimiser le travail de désherbage en bâchant, le tout sans mécanisation pour diminuer les espaces morts et ne pas consommer d’essence... Vaste programme. Et pour rajouter une pierre à l’édifice, Nicolas et Marie-Line ont introduit la technique des serres mobiles depuis 3 ans. Aujourd’hui, elles portent leur fruit par la performance agronomique qu’elles apportent (prolongation et anticipation des saisons) et la planification de culture bien rodée qui opère maintenant (rotation de culture, placement ponctuel des serres, repos de terre et mise en engrais vert...).

Techniquement, leurs serres mobiles sont à majorité autoconstruites, elles sont montées sur rails métalliques (sur fondation béton), elles ont une amplitude de trois emplacements possibles, elles sont chacune longue de 15m et large de 6,5m à 9,2m. Directement inspirée du modèle de J-M Fortier, et avec ce degrés de technicité exigé, la ferme de Nicolas et Marie-Line est en plein essor et commence à battre des scores !

Serre en ogive et Serre tunnel.jpg

•Historique :

oContexte : l’installation (2010) de la ferme s’est directement fait avec cette démarche agronomique de micorferme maraîchère et intensive.

oExploitation : total des surfaces : 4 000m² de terre, dont 2 200m² de culture maraîchère. Toutes les cultures sont plantée sous bâche.

oCommercialisation : 100% en vente directe : deux marchés hebdomadaires à la ferme + livraison en magasin

oRéférence en amont : pour les méthodes de culture, Nicolas et Marie-Line se sont inspiré du modèle de J-M Fortier et E Colman. Ils leur doivent aussi la technique des serres mobiles, bien que les leurs sont autoconstruites et donc adaptées.

oParcours du prototypage :

−les premières expériences ont été faites sur roues ce qui posait un gros problème de planéité du terrain et de torsion des serres

−un autre problème rencontré fût celui de l’attache au sol : les serres doivent être bien amarrées de sorte qu’elle résiste à l’arrachement du vent. Aujourd’hui, les serres du Potager de Marie-Line sont lestées au sol par des sangles fixées à des pieux de chaque côté, et des amarres en queue de cochons viennent garantir la stabilité le long de la serre.

principe serre.jpg

•Construction :

oCoût estimatif d’une serre mobile neuve : 25 000 € pour une serre faite sur mesure, avec la pose et les fondations (le prix inclue le temps de travail)

oSuperficie totale : au Potager de Marie-Line, il existe deux types de serres : 6,5m ou 9,2m de large, pour une longueur constante de 15m. Donc entre 100 et 140m²

oChoix constructifs :

−Structure : arc en ogive sur pied droit : composée de trois parties. 1. Pied droit découpé sur une serre 9m. 2.Tube droit soudé. 3. Clé de voûte soudée sur mesure.

−Couverture : bâche de serre normale fixée sur lisse basse en bois

−Système mobile : roue métallique

−Rails : rails (étiré en acier) fixés sur des plots de béton disposés régulièrement (de sorte qu’ils reprennent les charges de la serre une fois mise en place), bordées d’un canal de drainage pour le traitement des eaux de pluie

−Fixation et stabilité : amarre en queue de cochon (pour serres classiques) dans la longueur (positionnées à l’intérieur) et pieux et sangle sur les deux joues

compos.jpg

détails tendre une bâche.jpg

oTemps de déplacement : pour déplacer une serre, il faut environ 2 heures à quatre personnes.

oRécup’ : les premières serres mobiles faites sur la fermes étaient principalement faites à partir des pièces des serres disponibles (arceaux, amarres...)

oDéfauts constructifs :

−Gros impact sur le sol pour le système mobile (fondations sur plots de béton et drain)

−Manque une panne à la faîtière pour éviter l’effet poche de la bâche

effet poche.jpg

•Agronomie : cf : Johanna BODENDÖRFER, « Comme sur des roulettes »

oCette technique peut être une solution à de très grands problèmes sous abri comme la fatigue de sol, qui est le résultat d’un manque de rotation sous tunnels en raison d’une trop grande partie de solanacées et cucurbitacées parmi les légumes cultivés. Pour amortir le prix des abris, les surfaces sous abri sont quasiment toujours en production. En conséquence, l’implantation de couverts comme des engrais verts y est très peu pratiquée. Ceci aggrave la problématique.

oLes serres mobiles permettent aussi une grande flexibilité dans le choix des cultures. La transition de différentes cultures ne pose plus de problèmes.

détails agro.jpg

ALLER PLUS LOIN...

Site de la ferme

Article sur leur installation

Tous les articles qui concernent l’autoconstruction et la débrouille autour des serres

Habitat sous serre tunnel

Serre autoconstruite

Habiter sous serre horticole

Discussion autour des serres mobiles

•Prototype fait avec l’Atelier Paysan sur un bâti en forme de serre tunnel

Serre géodôme

Statistiques : Posté par jonas — 18 Novembre 2015, 15:42 — Réponses 1 — Vus 413