Home> Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Ingénieux et astucieux : bergerie et habitation

Bâtis autoconstruits • Ingénieux et astucieux : bergerie et habitation

Bergerie des ROCHES

Julien étant ancien charpentier, il n’aura eu aucun mal à trouver toutes les bonnes astuces pour autoconstruire sa bergerie et l’habitation de famille à un coût raisonnable, pour un résultat confortable pour les animaux et pratique pour y travailler.

En 2009, ils s’installent lui et sa femme, avec un troupeau de 130 brebis et 3 béliers. Autour de la ferme, 8ha de pâture et de foin sont disponibles, ce qui leur permet d’être autosuffisants en fourrage. La mono-traite journalière (matin) assure la production de lactiques qu’ils vendent en direct sur place ou sur les marchés.

La construction s’est faite en parallèle de l’installation (brebis en pension). L’autoconstruction fût presque totale : Julien a assuré la charpente, son père, maçon, l’a accompagné pour le reste, et des amis sont venus donner un coup de main de temps à autre. Tout l’équipement de construction était donc disponible.

La particularité de la démarche est d’avoir été opportuniste à des moments clefs : Julien avait les tarifs pro sur tous les matériaux ; des sites de déconstruction ont alimenté gratuitement le remblai nécessaire autour de la ferme (sur une simple demande) ; certaines poutres ont été récupérées sur des chantiers de déconstruction ; les baies vitrée de la bergerie sont d’occasion à une somme modique ; les solives appartenaient à quelqu’un qui ne voulait que s’en débarrasser ; et d’autres bois ont été achetés chez un négociant de bois d’occasion. Autant d’économies qui ont permis de financer de bons équipements comme la récup’ des eaux de pluie, la chaudière bois déchiqueté, la belle charpente dans la bergerie...

Panorama de façade.jpg

Panorama bergerie entrée.JPG

•Historique :

oContexte : Julien part avec l’avantage d’être charpentier de formation ; et son père était maçon.

oExploitation : (non bio) 130 brebis, 3 béliers, 8 ha. 2 agnelages par an. Mono-traite journalière. Vente : fromages et lactiques en directe et sur les marchés.

oBesoin initiale : installation totale : nouveau bâtiment et logement

oClefs de détermination :

−Bien-être des animaux : belle charpente faite sur mesure, tout bois, bardage épais (qui ne s’ajourera pas en vieillissant), isolation, tuiles sur le toit (et non pas de tôles), lumière directe avec de grandes baies vitrées

−Beau bâtiment (dans le paysage)

−Distinction entre les espaces privés de l’habitation et ceux de la bergerie

oBâtiment existant : aucun

oConception : Julien

−Référence en amont : la bergerie a été fortement inspirée par une autre bergerie du coin.

oParcours réglementaire :

−Type de zone : agricole

−PC : Le permis de construire a été fait par un architecte. Ceci est une grosse déception car l’architecte a facturé 6 000 € alors que tout le dossier avait été préparé en amont

oInauguration du bâtiment : 2010

•Construction : neuve

oCoût global : 250 000 € pour la bergerie (habitation exclue). Julien l’estime à 450 000 € si elle avait été commandée à une entreprise

oSuperficie totale : 450 m²

oChoix constructifs :

−Structure : bois et charpente sur mesure

−Remplissage : bardage bois pour la bergerie / moellons pour le reste

−Couverture : tuile

−Sol : fondation et dalle béton

−Isolation : laine de verre

−Plancher : poutrelles hourdis

oParticularités :

−Réemploi & récupération : beaucoup de bois ont été récupérés ou acheté à faible coût ; le remblai gratuit (entreprise de démolition) ; baies vitrées récupérées dans un magasin

−Récupération des eaux de pluie dans une grande cuve au pied de la maison. Grâce à un surpresseur, l’eau alimente la bergerie

−Achat de la salle de traite en occasion

oDéfauts constructifs : Julien regrette d’avoir employé des matériaux peu écologiques (comme la laine de verre)

Panorama bergerie côté terre copie.jpg

•Autoconstruction : presque totale

oAccompagnement d’un professionnel

−Des toupies sont venues pour couler le béton des dalles et des fondations

−Plomberie et électricité ont été faites par des artisans du coin

−Les bois de charpente ont été découpés en scierie

oChantier participatif : aucun : seulement le père a beaucoup accompagné la construction

plan coupe.jpg

photo.jpg

•Usage :

oOrganes internes :

−Cave artificielle pour l’affinage des fromages

−Salle de transformation

−Magasins de vente au rdc de l’habitation

−Bergerie : 450 m² avec un couloir central et deux aires paillées (dont 5 poste de traite

−Stockage du fourrage sur la mezzanine

−Local technique avec la chaudière a bois déchiqueté et le surpresseur à eau de pluie

oErgonomie :

−Mezzanine (stockage fourrage) à la portée de la fourche du tracteur

−Charpente incluant la mezzanine en porte-à-faux sur les aires paillées, laissant suffisamment de hauteur pour le passage du tracteur (facilitant le nettoyage des aires et la distribution du fourrage)

−Circuit du lait par gravité, des postes de traite jusqu’à la fromagerie

−Système de trappe pour le remplissage du bois déchiqueté dans la chaudière ( le local technique est au sous-sol de la maison : Julien a aménager un espace réceptacle du bois déchiqueté, espace que l’on peut alimenter depuis l’extérieur via une trappe.

•Difficultés rencontrées :

oTrouver l’architecte le moins cher pour le PC

oChoix des matériaux rapport : qualité (écologique) / prix

•Si c’était à refaire !

oMatériaux plus sain : chaux chanvre ; laine de bois...

ALLER PLUS LOIN...

Autoconstruction des bâtiments d’élevage : viewtopic.php?f=248&t=2984

Une autre bergerie : viewtopic.php?f=249&t=3049

Magnifique ouvrage de Violet le duc sur la charpente http://fr.wikisource.org/wiki/Dictionna ... /Charpente

A propos de la ferme : http://odamap.fr/producteurs_bergerie

Autre initiatives de Julien, notre paysan charpentier : hangar en ballot de foin

Statistiques: Posté par jonas — 18 Juin 2015, 08:06 — Réponses 0 — Vus 451