Accueil > Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Hangars métalliques : récupération et bâtiment démontables

Bâtis autoconstruits • Hangars métalliques : récupération et bâtiment démontables

Sur la ferme des Trois Ormes :

Jean-Jacques est installé à côté de Cognac, il possède 70ha, dont 6ha de vigne qui font l’essentiel du bénéfice, et sont vendus en vrac pour faire de l’eau de vie. Le reste de la surface est exploité en tournesol, maïs et blé. Le tournesol est transformé en huile, vendue à des cantines, et le blé est transformé en farine, vendue à des boulangers. Deux personnes travaillent à temps plein sur la ferme. Il est passé en bio en 2002 et utilise depuis quelques années des principes de la biodynamie.

Jean-Jacques a eu sur la ferme une grande diversité de production avec le temps, et fait énormément de récupération de matériel, ce qui lui permet d’avoir tout types de matériel et énormément de pièces de rechange pour faire des réparations. De très nombreuses adaptations ont été faites au fil des ans, dont une grande partie ne servent plus à l’heure actuelle.

Après la présentation des différentes adaptations de ses outils et machines, on s’intéresse ici à 2 exemples de hangars, intégralement autoconstruits en ferraille de récup’. L’intérêt : des hangars à la façon « bâtiment en kit », mais « faits maison » à faible coût, et pensés pour être intégralement démontable et reproductibles facilement.

Petit hangar & atelier :

Vue générale 1.jpg

Besoin initial :

  • Besoin d’un premier hangar de stockage outils
  • Besoin d’un atelier travail métal / modification des outils, avec des espaces de travail extérieurs abrités

Clef de détermination :

  • Construire un bâtiment qui reste démontable en cas de besoin.

Vue générale-2.jpg

Construction :

Coût global : à l’exception des pannes Z qui ont été achetées neuves (et une partie de la quincaillerie), l’intégralité de la ferraille utilisée est en récup’… et comme le bâtiment date de 2005, c’est un peu trop ancien pour avoir une estimation précise du coût.

Superficie : 96m² couverts au sol (16x6m)

vue intérieure hangar 1.jpg

Choix constructifs :

  • Fondations : « dés » (ou plots) de béton, à chaque emplacement de poteau. 4 tiges filetées dépassent de chaque plot, pour y fixer les poteaux acier. Chaque plot peut aussi être soulevé au tracteur (à la fourche) pour être déplacé et « replanté » ailleurs.
  • Poteaux acier (profil en H) récupérés chez un ferrailleur. Une plaque préalablement percée(aux positions des 4 tiges filetées) est soudée au bas du poteau, et servira à boulonner l’ensemble au plot de béton.
  • Charpente métallique : pannes avec fermes-treillis de récup’, découpées et ressoudées pour franchir les 8m de portée. Les pannes sont aussi boulonnées dans la longueur, au niveau de la jonction avec le poteau.
  • Contreventement : croisillons récupérés sur des pylônes haute-tension, démontés sur place. Les croisillons sont directement boulonnés sur les pannes.
  • Couverture & façades : tôles de récupération, fixés aux pannes par des crochets (tiges rondes en acier galvanisé, tordues « à la main »). Les tiges des crochets sont en partie filetées sur leur partie haute, pour y visser les rondelles étanches et écrous en toiture.
  • Dépassée de toiture : équerres composées de profils aciers soudés, boulonnées sur les poteaux + « pannes Z » (achetées neuves) + tôle ondulée en rouleau (récup’ aussi)
  • Atelier : dalle béton + murs en bloc agglos de 15cm + plancher bois pour le stock à l’étage.

structure hangar 1.jpg

Particularités :

  • Pour que le bâtiment reste démontable, tous les assemblages entre les différents éléments de la structure sont fixés par des systèmes de boulons+écrous.
  • Assemblage poteau-panne, lui aussi démontable : un petit profil en U supplémentaire est soudé sur le haut du poteau et dépasse de quelques centimètres, pour retenir la panne qui est simplement posée dessus. Les deux pièces sont ensuite simplement assemblées par une vis autoforeuse, qui pourra être retirée ensuite.
  • Avantage d’utiliser des « pannes Z » : solution assez économique + facile à poser (épouse facilement la forme du support), boulonner et forer.

Schéma fix poteaux.jpg

Défauts constructifs :

Contreventements insuffisants : même si la toiture est suffisamment contreventée, il serait nécessaire de rajouter un contreventement sur la façade la plus basse (type croix de saint-andré, comme pour le toit), afin de redescendre les efforts de déformation jusqu’au sol.

Autoconstruction : totale

Temps & organisation du chantier :

Jean-Jacques a travaillé avec un salarié employé à l’époque : à deux, ils ont réalisé ce bâtiment en environ 1 mois, en parallèle des activités de la ferme.

Schéma poteau-pannes.jpg

Usage :

Organes internes :

  • Atelier 18m² (4x4,5m)
  • Espace de stockage 54m² (12x4,5m), dont le fond du hangar utilisé pour les outils.
  • Second espace de stockage au dessus de l’atelier : 18m²
  • Dépassée de toiture 24m² (16x1,5m), sur toute la façade du bâtiment en contact avec la cour

Ergonomie :

Possibilité de toujours travailler sur les outils/machines à l’abri, devant l’atelier.

Porte coulissante de l’atelier : permet de profiter complètement de l’espace extérieur sous la dépassée de toiture sans être gêné par l’ouverture d’une porte à battant.

Stock des outils dans la hauteur : permet de gagner de la place.

contreventement + assemblage + depassée toiture.jpg

Défauts d’usage majeurs :

Sol en terre battue sur tout l’espace de stockage : pas le plus pratique pour l’entretien des machines, les travail serait plus confortable sur une dalle béton. Dalle à venir !

Si c’était à refaire :

Pour le coup, Jean-Jacques n’a pas attendu bien longtemps, avant de reprendre le même système pour réaliser son second hangar ! Cette nouvelle version est même plus simple au niveau des assemblages.

Hangar à machines :

Besoin initial : Abri pour machines et engins agricoles.

Clef de détermination : Bâtiment lui aussi démontable, avec un système constructif simple pour pouvoir l’étendre facilement.

vue extérieure hangar machines.jpg

Calendrier :

Réalisation du bâtiment en trois étapes, au coup par coup :

  • la première partie en 2005
  • la seconde en 2015, exactement de la même dimension
  • une troisième à venir cette année

Construction :

Coût global : idem, beaucoup de récupération sur le même principe que l’atelier. Jean-Jacques a acheté des pannes Z et de la quincaillerie, mais n’a pas en tête le coût global de la construction.

Superficie : 101m² (14,5x7m, soit 2 modules de 7,2x7m)

Choix constructifs :

Le principe structurel est le même que pour l’atelier, à l’exception des chevrons qui viennent

Pannes et chevrons : récupération sur des pylônes (profils acier en I) et pieds de racks (ferraille déjà percée).

Couverture en bac acier et/ou tôle ondulée.

Poteaux en acier, récupérés sur un ancien hangar en kit.

détails hangar machines.jpg

Particularités :

Une autre solution pour assembler simplement un poteau et une poutre en I : 2 pièces de bois boulonnées de part et d’autre de l’âme du profilé offrent suffisamment de matière pour « pincer » le poteau avec des fers plats ajoutés sur les poutres (voir schéma ci-dessous).

Finalement, ces assemblages avec des plaques soudées sur des profils acier en I permettent de boulonner assez facilement les éléments entre eux, donc reproductibles facilement en autoconstruction.

Défauts constructifs :

Peu de contreventements : contreventer juste une travée avec des croix de saint-andré suffirait à rigidifier la structure.

Détails assemblages.jpg

Autoconstruction : totale, pour un chantier à deux personnes, comme pour l’atelier.

Inconvénients de l’autoconstruction & défauts d’usage : comme la récupération contraint les dimensions des éléments disponibles, finalement la hauteur sous le bâtiment est trop faible : les grandes machines comme la moissonneuse passent à peine… (3,5m de haut sur la façade haute, et 2,5m sur la façade basse).

Si c’était à refaire :

Pour rehausser un peu le bâtiment sans refaire tous les poteaux, Jean-Jacques envisage de jouer sur la hauteur des plots béton, en faisant des blocs plus hauts et dépassant plus du sol. Cela peut aussi permettre de rehausser par étapes, poteau par poteau, sans toucher à l’ensemble du hangar...

Aller plus loin :

  • Dans un sujet similaire mais pour un usage plus flexible : le http://forum.latelierpaysan.org/pos... bâti 20, sujet de R&D actuel autour d’un petit bâtiment maraîcher en charpente métallique, démontable, transportable et offrant une multiplicité d’usages !

Autres bâtiments et hangars de stockage sur le forum :

  • Un hangar en L , en charpente bois, pour accueillir du matériel agricole

Statistiques : Posté par Lucas AP — 21 Septembre 2016, 22:20 — Réponses 0 — Vus 5