Accueil > Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Boulangerie, épicerie et fromagerie au sein du village

Bâtis autoconstruits • Boulangerie, épicerie et fromagerie au sein du village

Dans le petit village de Biederthal ...

C’est en 2012 que Stéphane Fernex et sa femme décident de s’installer sur les terres de Biederthal. Ils reprennent la ferme d’Etienne Fernex, le père de Stéphane, qui était installé là depuis 1991. C’est aussi l’un des pionniers de la biodynamie dans la région.

Pour son installation, l’agriculteur avait imaginé d’augmenter le nombre de bêtes ( l’exploitation est passée de 45 à 80 chèvres), et de diversifier les espèces ( des vaches laitières ont rejoint les biquettes). La culture de céréale est destinée à produire de la farine pour la boulangerie. Une fromagerie, une épicerie, et des poules viennent compléter ce joyeux tableau.

En 2012, un terrain assez éloigné du corps de ferme se libère. C’est alors que s’enclenche la mécanique : Stéphane décide de construire son bâtiment d’élevage sur cette parcelle qui, bien qu’éloignée, a l’avantage d’être assez grande pour être le lieu de vie des bêtes. Les bâtiments anciens où résidaient jusqu’à présent les animaux sont alors libres : là vient se concrétiser le projet du circuit court. Une boulangerie accompagnée d’un silo de stockage voient le jour, ainsi qu’un local dédié à l’accueil, l’échange et la vente. Dans la foulée, la vieille fromagerie est remise aux normes. La boucle est bouclée !

Vue d’ensemble.jpg

Historique - contexte :

Nature de l’exploitation et surfaces : 40 ha de terrains, dispatchés sur 56 parcelles et 4 communes ( oui, apparemment c’est compliqué d’obtenir des parcelles dans ce coin là..)

Céréales (6ha labourables, 3 cultivables), blé, pour boulangerie (+mélange acheté pour les poules)

Cheptel :

  • 15 vaches laitières
  • 250 poules pondeuses

Épicerie bio

Besoin initial : Avoir un endroit pour accueillir les gens et pouvoir préparer, transformer et vendre des produits de la ferme, dans une optique de circuit court.

Vue du vieux bâtiment.jpg

Clef de détermination : Le projet de Stéphane est de développer la ferme de son père dans un but holistique : aller vers plus d’autonomie et d’autosuffisance, en accord avec ses valeurs et les principes de la biodynamie

Parcours réglementaire :

Le projet des Fernex est assez gigantesque. Pour que tout fonctionne bien, les statuts des différents corps et fonction de la ferme sont distincts.

En tout, les bâtiments et activités sont regroupés dans quatre entités juridiques :

  • SCI : propriétaires du bâtiment
  • EARL : toute l’activité agricole
  • SARL : épicerie
  • SAS : gestion de la forêt

Pas de permis de construire pour la réhabilitation des locaux, en effet, la structure était déjà en place.

Construction : réhabilitation

Particularités : Sur ce chantier au long cours, un employé est embauché à mi-temps et réalise les travaux d’autoconstruction.

Coût global :

  • Pour l’épicerie et la boulangerie : 40 000 euros , pour 120 m² .

Réalisation en 1 mois par l’employé avec de l’aide des autres actifs de la ferme.

Quelques détails :

Devis pour la pose des tomettes de l ‘épicerie : 60000 euros.

Finalement, ce travail a été fait par l’employé pour la construction des Fernex, sur un mois, pour 1000 euros.

  • Pour la remise aux normes de la fromagerie :20 – 25 000 euros pour 90 m² (avec agrandissement)

Recarrelage 10 000 euros

Baguettes d’inox dans les angles 3000 euros

Superficie et fonctions :

Ensemble boulangerie – épicerie – silos

Surface 60m² pour chacune des deux pièces (boulangerie, épicerie)

Lieu d’accueil pour les ventes et pour le public. Ils vendent aussi de la viande une fois par semaine.

Les cellules de stockage sont positionnées sur le plancher au dessus de ces deux organes.

Celui-ci fait une centaine de m².

La fromagerie fait maintenant 90 m², après agrandissement.

Durée des travaux : étalés sur deux ans.

Choix de conception :

Le père de Stéphane ainsi que son associé sont menuisiers de formation, ce sont donc eux qui ont dimensionnés les charpentes pour la réhabilitation des anciens bâtiments.

L’ensemble des murs de la boulangerie et de l’épicerie ont été renforcé pour pouvoir porter le plancher sur lequel se trouvent les cellules de stockage, et même éventuellement d’autres choses lourdes !

Pour la fromagerie, les travaux ont été guidé par les normes en vigueur.

o Choix constructifs :

L’ancienne étable a été divisée en deux partie. La charpente de la toiture a été renforcée, à l’aide de câble de tension

Charpente - Stockage.jpg

Un mur central a été monté en briques monomur. Celles-ci n’ont pas été maçonnée, mais collée. En effet, ce type des briques est alvéolée, et ne pas maçonner permet de faire respirer le mur par respiration intérieure. Crépis à l’argile

Pour les fondations, ils ont creusé et installé une fondation béton sur terra battue.

Dans l’épicerie :

Vient ensuite la pose des tomettes.

La charpente du plafond est en bois brut, coupé et raboté en atelier.

Un menuisier a fait les fenêtres et porte.

Lambrissage des murs : bois récupéré sur un ancien plancher d’église.

Ils ont ménagé une lame d’air entre la couverture et le mur existant, car c’est un vieux mur en pierre qui a tendance à subir les remontées humide. Lame d’air pour l’isolation, plus le bois est décollé du sol, pour ne pas souffrir de l’humidité.

Vue épicerie.jpg

Dans la boulangerie :

Pour la boulangerie, tout les murs intérieurs ont été doublés ou refait en monomur pour supporter les silos qui sont installés au dessus.

Stockage pour la boulangerie : 22 tonnes en deux fois. (1900 euros de matériel silo)

Panorama boulangerie.jpg

Panorama four.jpg

Installation du plancher, sur-dimensionné pour accueillir la charge des silos et d’éventuelles extensions de stockage. (25x15cm), entraxe 70cm, dimensionnement « empirique » par le 3ème associé. Pas de soucis avec les cellules pour l’instant.

Retours des murs en briques permettent de porter les cellules à l’étage.

Fromagerie :

Il s’agit de la remise aux normes d’une vieille fromagerie pour pouvoir faire de la transformation.

Recarrelage, puis agrandissement sur le fond. Baguettes d’inox dans les angles, et les mur en bois du fond recouverts de panneaux sandwich métal plus mousse au milieu, pour que ce soit lavable et isolant.

Panorama Fromagerie.jpg

Organisation du chantier :

Les différents chantiers avancent en parallèles, essentiellement grâce à l’employé que les Fernex ont pris à mi-temps. Pour les travaux qui nécessite des bras, types fondations, les actifs sur la ferme viennent aider .

Électricité : ils ont tout fait, puis un éléctricien est venu brancher l’installation et poser le tableau. Ok pour l’assurance.

Il y à eu la location d’une minipelle pour démolir tout les murs intérieur existant et pour l’étayage de la charpente à l’étage.

Autoconstruction : partielle (réhabilitation)

Démolissage des murs intérieur

fondation béton avec location d’une toupie

Murs en monomur

Planchers RDC et plancher stockage

Lambrissage

Tomette au sol

Crépis

Electricité tirée et ensuite validée par un éléctricien

Usages :

Organisation fonctionnelle :

La plateau est divisé en deux espaces, séparés par un mur porteur. Le redent au fond sert d’espace de stockage pour l’épicerie, et d’accès à la boulangerie. Ce retour du mur de refend permet également de venir supporter la surcharge induite par les cellules de stockage.

Plan RDC.jpg

Ergonomie :

Tri et cellules de stockage à l’étage, fonctionnent avec 2 vis sans fin : blé est « benné » dans le sas contre la rue (dans une bassine/baignoire), puis monté jusqu’aux cellules (2x11 tonnes), grâce à une vis sans fin. Ensuite envoyé dans le trieur , puis récupéré en seaux et renvoyé à la main dans l’entonnoir qui va dans le moulin en contrebas.

Panorama cellules de stockage.jpg

Boulangerie : moulin raccordé en haut (système gravitaire), et pétrin en récup’- reconstruction. Ensachage très sommaire, avec un plan de travail à ajouter sous la couseuse à sacs .

Prévu d’ajouter 2 parisiennes pour laisser reposer les pains avant/après la cuisson, bien plus pratiques et mobiles que les tables bricolées actuellement.

Ergonomie de la boulangerie.jpg

Si c’était à refaire :

L’ensemble des travaux ont demandé énormément d’énergie, de temps et d’investissement financier. Peut-être la mesure du projet n’avait pas été totalement prise au début, c’est dur de se re-projeter en sachant déjà ce que ça a été ..

Et pour les curieux, il y à encore pleins de liens à faire !

Des infos sur la ferme des Fernex : >ICI<

Une vidéo de présentation de la biodynamie en Alsace : >LA<

Un témoignage sur l’installation du tirants de renfort lors d’une rénovation : >HERE<

Un lien à venir sur la chronique du bâtiment d’élevage des Fernex ..

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Manon AP — 23 Août 2016, 14:28 — Réponses 0 — Vus 83