Home> Index de trouvailles paysannes > Bâtis autoconstruits • Autoconstruction / expérimentation : habitation et chèvrerie

Bâtis autoconstruits • Autoconstruction / expérimentation : habitation et chèvrerie

LES CABRIOLES

La ferme des Cabrioles est l’élevage caprin de Cécile et d’Ingrid qui ont autoconstruit la bergerie de l’exploitation et leur habitation. L’intérêt de cette autoconstruction réside dans la diversité des techniques constructives utilisées (bois cordé, mur en terre crue, mur en terre/paille, charpente et bardage bois, auto-installation de la phytoépuration...) et du confort pensé pour les animaux (autoconstruction de cornadis, armoire à homéopathie, abreuvoir sur mesure, bergerie isolée en paille...).

Installée depuis 2004 dans le magnifique massif des Bauges, à Saint-François de Sale, Cécile débute avec 16 chèvres. Aujourd’hui, c’est un troupeau de 36 chèvres, dont le lait est transformé en fromage.

En 2009, la construction commence et se poursuit jusqu’à la dernière lame de bardage en 2013. 450m² ont été édifiés en comptant la partie habitation inclue) sous les exigences paysagères de Cécile. La fromagerie (cave) a été faite à côté, enterrée dans la pente.

Panorama bergerie façade.jpg

Panorama bergerie angle.JPG

•Historique :

oNature de l’exploitation et surfaces : bio, élevage caprin sur 9 ha avec 36 chèvres (environ 55L transformé en fromage)

oBesoin initial : chèvrerie et habitation

oBâtiments existants : aucun

oConception : faite par Cécile (et des aides)

oClef de détermination :

−Insertion dans le paysage (aspect extérieur)

−Pour la chèvrerie : pas de couloir central (par expérience, les chèvres veulent traverser d’une aire à l’autre. Cécile voulait éviter d’avoir deux aires paillées)

−Habitation orientée au sud ; chèvrerie à l’est (soleil du matin pour les animaux)

oRéférence en amont : visite des fermes alentours

oParcours réglementaire :

−Type de zone : agricole

−PC : le permis de construire a été fait par Cécile, aidée par l’association ASDER (association savoyarde pour le développement des énergies renouvelables)

−Remarque : dans les petites communes, la décision de la mairie suit souvent l’avis de la DDT

oInauguration du bâtiment : entrée des chèvres en 2010 ; finitions de la maison en 2013

Panorama bergerie parking copie.jpg

•Construction : neuve

oCoût global (chèvrerie et maison) : 200 000€ (dont 56 000 € en subvention)

oSuperficie totale : 450 m² (environ 100m² pour la maison)

oChoix constructifs : le but de cette autoconstruction était une exploration de techniques constructives différentes et variées.

−Bardage bois sur deux côtés de la chèvrerie

−Bois cordé pour le mur est de la chèvrerie

−Isolation paille au-dessus de l’aire paillée des chèvres

−Pisé : terre crue banchée : mur de séparation habitation / chèvrerie

−GREB : technique canadienne alliant une structure bois, de la paille, et un mortier

−Terre et paille pour les murs de l’habitation

−Cave d’affinage en moellons (et voute avec pierres apparentes)

−Charpente bois local

oParticularités :

−Phytoépuration en trois bassins. L’assainissement collectif ne vient pas jusqu’à la ferme.

−Installation photovoltaïque : une entreprise qui revend de l’énergie solaire électrique s’est installée sur les toits. En échange, l’entreprise a payé la couverture et verse un loyer mensuel pour la location de la toiture. Toute l’électricité produite est revendue.

oDéfauts constructifs :

−Le drainage de l’eau : la construction étant située dans la pente, l’eau de pluie s’infiltre et ressort dans la chèvrerie.

−Le mur en bois cordé est gratté par les chèvres (et leur cornes) ce qui oblige à le refaire tous les ans.

photo.jpg

•Autoconstruction : partielle

oLots des professionnels

−terrassement (l’entreprise de terrassement a aussi creusé les fouilles pour les fondations)

−électricité de la chèvrerie (à cause des normes)

−charpente et couverture

plan.jpgcave.jpg

•Usage :

oOrganes internes :

−Aire paillée (dont une partie est dédiées au agneaux)

−Aire d’attente

−Zone de traite à la main (aménagée d’un pont pour faire monter les chèvres à hauteur)

−Silo pour le stockage du grain (5 tonnes)

−Stockage foin et paille

−Bureau inséré dans l’habitation

−Atelier de bricolage

oErgonomie :

−Couloir d’alimentation latéral de manière à ce que les chèvres ne soient pas divisées

−Pont permettant aux chèvres de monter sur une plate-forme de traite à la main

−Abreuvoir sur mesure

−Cornadis sur mesure (ceux du marché étant trop étroits, ce qui réduit le confort des chèvres)

•Si c’était à refaire !

oPaille avec mortier (technique GREB) c’est le plus rapide et plus facile à mettre en œuvre ! La paille avec enduit terre demande trop de temps de séchage!

oEn revanche, l’implication dans une autoconstruction de cette ampleur nécessite tellement d’énergie et de temps que Cécile hésiterait (fortement) à se relancer dans une aventure du type. Le poids de la satisfaction de construire, d’aménager son lieu selon ses exigences et sa manière de travailler, peut sérieusement être contrebalancé par un épuisement moral et physique...

ALLER PLUS LOIN...

Sur la ferme et la bergère : http://www.agriculturepaysanne.org/file ... 12-p12.pdf

Autoconstruction de bâtiment d’élevage : viewtopic.php?f=248&t=2984

Phytoépuration : un pdf explicatif des principes : http://www.accueil-paysan-languedoc-rou ... ration.pdf

Technique de construction GREB et sa réglementation au DTU : http://www.approchepaille.fr/technique-du-greb

Association Oxalis : aide à l’autoconstruction : http://www.oxalis-asso.org/

Association ASDER (ont aidé à la conception) : association pour le développement des énergies renouvelables : http://www.asder.asso.fr/

Une autre petite ingéniosité de Cécile : une armoire à fromage autoconstruite : viewtopic.php?f=234&t=3056

Statistiques: Posté par jonas — 17 Juin 2015, 08:58 — Réponses 0 — Vus 484