Accueil > Index de trouvailles paysannes > Autres • Déport horizontal des outils

Autres • Déport horizontal des outils

Stephane Bannwarth est installé en viticulture en Alsace sur 12ha, en coteaux. Autoconstructeur depuis toujours en voyant son père réparer et adapter les machines lui même pour ne pas avoir à dépendre de réparateurs et mieux gérer les soucis liés au dévers. Ils produisent une grande gamme de vin avec de nombreux cépages, des vins natures, ou encore une gamme de vin conçus dans des jarres en terre importées de Géorgie.

Stéphane a beaucoup de parcelles avec du dévers. Il a monté sur beaucoup de ses outils un vérin au niveau de l’attelage qui permet de corriger un peu le déport naturel des machines. Il fallait le faire sur toutes les machines, et un jour il a eu l’idée de le faire plutôt directement sur le tracteur ! Donc ses trois tracteurs ont été équipés de ce système.

vue generale.jpg

Construction

La construction est simple : Au lieu d’atteler sur les bras du tracteur, on fixe une barre sur ces bras, et on attelle ses outils sur des crochets qui peuvent coulisser sur la barre. Les crochets sont attachés par des brides sur le carré coulissant.

Le lien entre le tracteur et la barre est fait uniquement par des vis de classe 10.9.

vis.jpg

transmission - copie.jpg

Les carrés sont solidaires via un fer à béton situé en bas de la barre. Un vérin permet de faire glisser les carrés sur la barre. la barre ne travaille pas tant que ca, car l’outil est solide aussi et travaille aussi. Sur ce tracteur là il s’agit d’un fer à béton, sur d’autre ce peut être un fer plat, une autre tige…

mouvement.jpg

Utilisation

Les crochets sont fixés sur des brides sur les carrés. Et ces brides sont mobiles, donc tous les outils sont adaptables sans soucis, peut importe l’écartement de leurs attaches. On peut enlever ces brides, par exemple lorsque l’on attelle une remorque, pour éviter d’accrocher.

La forme de la pièce est faite pour la prise de force puisse passer. Sur certains outils il faut faire attention lors du relevage de ne pas monter trop haut !

Sur les trois tracteur, il y a un bras de cassé par an, Stéphane cherche une solution plus solide mais n’en as pas trouvée pour le moment. Aujourd’hui il ne pourrait plus travailler sans, c’est totalement intégré dans sa conduite du tracteur. Sur une charrue par exemple ca permet de compenser des hétérogénéité du terrain, sur un pulvé ou un effeuilleuse qui sont des machines hautes, ca permet de compenser le décalage de l’outil dans le dévers.

Cout

Uniquement de la ferraille et un vérin ! Stéphane n’avait plus en tête les prix au moment de l’entretien.

Ces travaux de recensement bénéficient du soutien financier de l’Europe et du Réseau Rural National , par le biais de la Mobilisation Collective pour le Développement Rural coordonnée par l’Atelier Paysan sur "L’innovation par les Usages, un moteur pour l’agroécologie et les dynamiques rurales" (2015-2018), dont la FNCUMA, la FADEAR, l’InterAFOCG, AgroParisTech et le CIRAD sont partenaires.

JPEG - 62 ko

Statistiques : Posté par Robin AP — 09 Novembre 2016, 17:54 — Réponses 0 — Vus 7